L'association One Voice apprend au tribunal que l'éléphante de cirque Maya est bien vivante

ANIMAUX Assignée en référé d’urgence, l’association One Voice a en tout cas appris ce mardi au tribunal de grande instance de Strasbourg l’éléphante de cirque Maya dont elle n’avait plus de nouvelles est bien vivante…

B.P.

— 

L'association One Voice veut sauver l'éléphante Maya d'un cirque du Lot-et-Garonne.
L'association One Voice veut sauver l'éléphante Maya d'un cirque du Lot-et-Garonne. — One Voice

Ce mardi après-midi, l’association One Voice – qui milite pour des cirques sans animaux – était convoquée au tribunal de grande instance de Strasbourg, où elle est basée. One Voice était assignée en référé d’urgence par le cirque itinérant du Lot-et-Garonne de l’éléphante Maya, dont l’organisation cherche à « démontrer le mal-être » depuis de longs mois.

Au cours de cette audience racontée via son compte Twitter, One Voice a appris que l’animale de près de cinquante ans dont elle n’avait plus aucune nouvelle est bien vivante. Et ce, par l’avocat des propriétaires du cirque, après la visite d’un vétérinaire demandée par la préfecture du Lot-et-Garonne.

« À 50 ans, c’est normal d’avoir des abcès au derrière »

Dans cette audience dont le délibéré a été fixé au jeudi 22 février, le défenseur du cirque a notamment déclaré qu'« à 50 ans, c’est normal d’avoir des abcès au derrière » à propos de Maya, tandis que l’avocate de l’association a entre autres insisté sur « l’atteinte » aux « libertés de manifester » ou « d’expression » que constituent, pour elle, les demandes du cirque.

Les propriétaires du cirque de Maya souhaitent en fait le retrait de la pétition aux 115.000 signatures, ainsi que toutes les images et articles du site de l’association animaliste ou ses publications sur les réseaux sociaux au sujet de l’éléphante. En octobre 2017, le tribunal administratif de Bordeaux avait, lui, rejeté la demande de l’association qui réclamait le placement dans un centre de soins de l’éléphante Maya.