Narbonne: Le procès de l'accident de manège du président de l'Usap débute ce lundi

JUSTICE François Rivière avait été éjecté de la chenille, en décembre 2015. Grièvement blessé, il était resté trois semaines dans le coma…

N.B.

— 

Le président de Perpignan François Rivière en 2013.
Le président de Perpignan François Rivière en 2013. — Pascal RODRIGUEZ/SIPA

Le tribunal correctionnel de Narbonne, dans l’Aude, se penche ce lundi après-midi sur l'accident de manège, survenu en décembre 2015, lors des féeries de la commune.

François Rivière, président de l’Usap, club de rugby de Perpignan, avait été éjecté du « Shanghai Express ». Grièvement blessé, il restera dans le coma trois semaines.

>> A lire aussi : Trois semaines après son accident de manège, François Rivière, le président de l'USAP, s'exprime pour la première fois

La veste coincée dans la fermeture de sécurité ?

Trois personnes devront s’expliquer devant le tribunal, relate L'Indépendant : l’exploitant du manège et un employé, pour blessures involontaires, et le fils de l’exploitant, pour tentative de modification des lieux. Ce dernier avait été surpris, peu après l’accident, avec des outils, sous le « Shanghai Express », alors placé sous scellé.

Comme l’explique le quotidien régional, la justice devra tenter de comprendre s’il s’agit d’une négligence ou d’une défaillance mécanique. « La veste de la victime se serait bloquée dans la fermeture de sécurité. La chenille aurait démarré sans que la barrière ne soit vérifiée », avait noté le parquet en décembre 2015, alors que l’enquête débutait.

Un sans domicile fixe

Les investigations avaient également mis au jour qu’une personne employée par le manège était un sans domicile fixe, recruté la veille. Pour ces faits, l’exploitant du manège sera également poursuivi pour exécution d’un travail dissimulé.

Ce procès devait se tenir en octobre dernier, mais une demande de renvoi l’avait reporté à ce lundi. À l’époque, François Rivière s’était exprimé dans L’Indépendant, souhaitant que ce procès « serve de leçon ». « Il y a un vrai sujet de sécurité et de formation du personnel. J’espère que ce procès permettra de pointer du doigt cette zone floue. »