Affaire Fiona: Le procès va-t-il être renvoyé à cause d'un apéritif?

ASSISES Etienne Fradin, le président de la Cour d’assises du Puy-de-Dôme, aurait pris l’apéritif mercredi soir avec les parties civiles, ce qui remet en cause le principe d’impartialité…

H. B.

— 

Une photo de Fiona morte en 2013 dans des circonstances troubles et dont le corps n'a jamais été retrouvé.
Une photo de Fiona morte en 2013 dans des circonstances troubles et dont le corps n'a jamais été retrouvé. — THIERRY ZOCCOLAN / AFP

Nouveau rebondissement dans l’affaire Fiona. Le procès en appel, qui a débuté ce lundi devant les assises de Haute-Loire, pourrait être renvoyé. Etienne Fradin, le président de la Cour d’assises du Puy-de-Dôme, qui juge pour la troisième fois Cécile Bourgeon et son compagnon, aurait pris l’apéritif mercredi soir avec les parties civiles.

Un incident qui pourrait mener à un nouveau renvoi du procès pour impartialité. Selon France 3 Auvergne Rhône-Alpes, l’annonce de cette rencontre a entraîné une longue réunion, vendredi après-midi, retardant la reprise du procès.

Etienne Fradin a dénoncé une information « partiellement erronée »

Le président de la Cour d’assises a dénoncé une information « partiellement erronée ». « J’ai effectivement rencontré mercredi soir des conseils, mais il y avait des conseils des parties civiles et de la défense », s’est-il défendu. Une version contredite par la défense qui assure que l’un d’entre eux est simplement allé vérifier, après avoir eu l’information, que le président était bien attablé avec les parties civiles.

>> A lire aussi : VIDEO. Affaire Fiona: Pourquoi le procès de Bourgeon et de Makhlouf est-il renvoyé?

Me Gilles-Jean Portejoie, l’un des avocats de Cécile Bourgeon, a indiqué au Parisien que la défense réfléchissait, ce week-end, aux éventuelles suites juridiques. Selon lui, le comportement d’Etienne Fradin est « contraire à l’impartialité, tout au moins à son apparence ».