Attentat de Nice: Des policiers municipaux auditionnés dans le cadre de l'enquête sur le dispositif de sécurité

ENQUETE Les 29 agents en poste le soir du 14 juillet 2016 vont être entendus...

Fabien Binacchi

— 

L'attentat du 14 juillet 2016 a fait 86 morts
L'attentat du 14 juillet 2016 a fait 86 morts — AFP

Ils vont être 29, au total, à être entendus par les enquêteurs d’ici à la fin de la semaine. Des policiers municipaux niçois, en poste le soir de l’attentat du 14 juillet 2016, sont auditionnés depuis mercredi, a indiqué la ville de Nice à 20 Minutes, confirmant une information du quotidien Nice-Matin.

Ils ont été convoqués sous le régime de « l’audition libre », sur  commission rogatoire d’un juge d’instruction chargé d’enquêter sur le dispositif de sécurité en vigueur sur la promenade des Anglais au moment de l’attaque au camion bélier.

« Pas question de pointer du doigt quelque responsabilité que ce soit »

Leur convocation précise qu’ils sont « soupçonnés d’avoir commis ou tenté de commettre l’infraction de mise en danger de la vie d’autrui par violation manifestement délibérée d’une obligation réglementaire de sécurité ou de prudence ». Mais, « il s’agit d’une précaution procédurale, rien de plus », tempère d’emblée l’avocat de la ville.

« Il n’est pas du tout question de pointer du doigt, au moins à ce stade, quelque responsabilité que ce soit. Ces auditions sont une étape complètement logique des investigations, pointe Me Jean-Yves Le Borgne, interrogé par 20 Minutes. L’ensemble des forces de sécurité et des services de secours présent ce soir-là devrait être entendu. »

>> A lire aussi : La police municipale a été visitée par les juges dans le cadre de l'enquête sur d'éventuelles responsabilités dans l'attentat de Nice

Une visite du centre de vidéosurveillance de la ville

En novembre dernier, deux juges d’instruction s’étaient déjà rendus dans les locaux de la police municipale niçoise et notamment du centre de supervision urbain, qui concentre la vidéosurveillance. Les magistrats mènent des investigations suite aux plaintes de près de cent personnes sur le volet de la sécurisation de la promenade des Anglais.

>> A lire aussi : Près de 100 plaintes dénoncent un dispositif de sécurité «insuffisant» au moment de l'attentat de Nice

Une première procédure avait été classée sans suite par le parquet de Nice. Une nouvelle série de plainte avec constitution de partie civile avait permis, il y a près d’un an, l’ouverture d’une information judiciaire et la saisie de juges d’instruction.