Procès de «la veuve noire de la Côte d’Azur»: Patricia Dagorn, condamnée à 22 ans de prison, fait appel

ASSISES Elle a été reconnue coupable de l’empoisonnement de plusieurs retraités…

M.Fr.

— 

Patricia Dagorn, le 15 janvier 2018 à Nice
Patricia Dagorn, le 15 janvier 2018 à Nice — V. Hache / AFP

Elle repassera de longues heures à la barre. Pour raconter en détail les relations qu’elle entretenait avec ses conjoints. Patricia Dagorn, appelée « la veuve noire de la Côte d’Azur » par la presse, fait appel de sa condamnation, ont confirmé ce mardi à 20 Minutes ses avocats.

>> A lire aussi : Patricia Dagorn condamnée à 22 ans de prison

Jugée par la cour d’assises des Nice mi-janvier, la femme de 57 ans a écopé de 22 ans de prison. Elle a été reconnue coupable d’avoir empoisonné quatre retraités, dont deux sont morts.

Des morts suspectes dans son sillage

Elle devra notamment à nouveau se justifier sur le décès de Michel Knefel. Ce marginal qu’elle fréquentait et dont elle détenait un testament en sa faveur, a été retrouvé mort dans une chambre d’hôtel de Nice en juillet 2011, avec des traces de benzodiazépines (anxiolytiques) dans le sang.

>> A lire aussi : Au procès de «la veuve noire de la Côte d'Azur», l'accusée trouve des réponses à tout (et ajoute parfois des contradictions)

Patricia Dagorn sera également réinterrogée sur le cas de Francesco Filipone, qu’elle avait rencontré mi-janvier 2011 et qui avait été retrouvé mort en février de cette même année, dans sa baignoire.

Plaidant l’acquittement, Me Cédric Huissoud, l’un de ses avocats, avait estimé à la première audience qu'« il n’y a rien dans ce dossier ».