Attentat de Nice: Quatre ans de prison requis en appel contre l'ex-porte-parole des victimes

ESCROQUERIE Vincent Delhomel avait écopé d’un an de prison en première instance…

F.Bi.
— 
Des objets disposés sur la promenade des Anglais pour rendre hommage aux victimes de l'attentat de Nice, le 19 juillet 2016.
Des objets disposés sur la promenade des Anglais pour rendre hommage aux victimes de l'attentat de Nice, le 19 juillet 2016. — AFP

À Aix-en-Provence ce mardi, le représentant du parquet est allé bien au-delà de la peine prononcée en premier instance. Cinq ans de prison, dont un avec sursis, ont été requis contre Vincent Delhomel, le cofondateur de Promenade des anges, jugé en appel pour « escroquerie » et « abus de confiance », rapporte Nice-Matin.

Vincent Delhomel, l'ex-porte parole de Promenade des anges, dans le palais justice de Nice en octobre 2017
Vincent Delhomel, l'ex-porte parole de Promenade des anges, dans le palais justice de Nice en octobre 2017 - M. Frénois / ANP / 20 Minutes

En octobre dernier, l’ex-secrétaire général de l’association des victimes de l’attentat du 14-Juillet 2016 avait été condamné à dix-huit mois de prison dont un an ferme par le tribunal correctionnel de Nice. Il avait fait appel de cette décision.

>> A lire aussi : L'ancien porte-parole de l'association des victimes de l'attentat de la promenade des Anglais jugé en appel pour escroquerie

Interrogé en visioconférence depuis la prison

L’homme de 50 ans, incarcéré, a répondu à la cour d’appel d’Aix-en-Provence par le biais de la visioconférence, du fait du mouvement des surveillants de prison. Pendant toute la durée de l’audience, soit près d’une heure, il est apparu « impassible », selon le quotidien régional.

L’ancien porte-parole est poursuivi pour avoir détourné la recette d’une course caritative et avoir perçu le remboursement de notes de frais indues, pour un total de près de 10.000 euros. La cour a mis sa décision en délibéré. Elle doit être rendue le 7 février.