Baux-de-Provence: La mairie condamnée à verser 5,8 millions d'euros à une entreprise de spectacles pour ses carrières

JUSTICE La société avait été évincée au profit d'une autre... 

M.C. avec AFP

— 

Dans les Carrières de lumières, aux Baux de Provence (13), les tableaux sont projetés et animés et le public se promène dans son décor.
Dans les Carrières de lumières, aux Baux de Provence (13), les tableaux sont projetés et animés et le public se promène dans son décor. — Erik Venturelli / Culturespaces

La mairie des Baux-de-Provence (Bouches-du-Rhône) a été condamnée par le tribunal de grande instance de Tarascon à verser 5,8 millions d’euros à la société qui avait créé des spectacles vidéos dans des carrières puis avait été évincée au profit d’une autre.

« Il n’est pas contestable que l’éviction irrégulière » de la société Cathédrale d’images « a entraîné la perte de son fonds de commerce au regard de la singularité de l’activité exploitée dans un site naturel unique », indique le jugement rendu le 19 janvier, confirmant une information de La Provence.

>> A lire aussi : Lille: Une sénatrice PS condamnée par le tribunal pour méconnaissance de la loi

Obligée de fermer

En 2010, Cathédrale d’images qui organisait depuis 35 ans des projections dans les carrières du Val d’enfer, au pied du village provençal des Baux, avait dû fermer ses portes après une décision du maire qu’elle conteste depuis plusieurs années devant les tribunaux.

Le bail commercial de la société était arrivé à expiration et la mairie avait choisi, dans le cadre d’une délégation de service public, un autre opérateur, Culturespaces, filiale du groupe GDF-Suez.