Affaire Grégory: Ce que révèlent les écoutes téléphoniques de Murielle Bolle

FAITS DIVERS Les enquêteurs ont mis sur écoute le téléphone portable du compagnon de Murielle Bolle, mise en examen en juin dernier pour « enlèvement de mineur suivi de mort »…

H. B.

— 

Murielle Bolle (à gauche) sortant du tribunal en octobre 1989.

Murielle Bolle (à gauche) sortant du tribunal en octobre 1989. — BENGUIGUI/SIPA

Murielle Bolle clame son innocence, même en privé. Des écoutes téléphoniques, auxquelles le Journal du Dimanche a eu accès, révèlent que le témoin clé du meurtre du petit Grégory dément toute implication dans l’affaire, même auprès de ses proches.

Mise en examen en juin dernier pour « enlèvement de mineur suivi de mort », la nièce de Bernard Laroche garde la même ligne de défense lors de ses conversations téléphoniques avec son compagnon, Yannick J.

« Quand même ce pauvre gamin… »

Interrogée par son conjoint après une audition mi-juillet, elle répète : « Quand je suis rentrée du collège, Bernard était là ». « J’te jure, j’étais pas avec Bernard ».

>> A lire aussi : Ce que révèle l’expertise psychologique de Murielle Bolle

« Faut te mettre à ma place. Moi je sais rien cocotte. Alors heu, je te pose des questions, j’veux savoir (…) Parce que ça peut plus durer ce truc-là. Ça va pas durer cinquante ans. Quand même ce pauvre gamin… », lui répond alors son compagnon.

« Mais c’est avec les gendarmes, ils m’ont fait le truc »

Murielle Bolle ne varie pas dans sa version des faits. « Mais c’est avec les gendarmes​, ils m’ont fait le truc », « j’étais pas avec Bernard, il est pas venue me chercher. (…) J’ai pris le bus ce jour-là et pis ils veulent pas me croire », explique-t-elle.

>> A lire aussi : Murielle Bolle demande à son tour à rentrer chez elle

Au sujet du cousin qui affirme avoir recueilli ses confidences après ses accusations contre Bernard Laroche, Murielle Bolle n’arrive pas à cacher son énervement : « Je suis dans une colère, tu peux pas savoir », lâche-t-elle à son compagnon.