Marseille: Jacques Mariani, figure du grand banditisme corse, condamné à cinq ans de prison

JUSTICE Ses avocats ont déjà prévu de faire appel... 

20 Minutes avec AFP

— 

Jacques Mariani à son procès en 2008
Jacques Mariani à son procès en 2008 — MICHEL GANGNE / AFP
  • Jacques Mariani a été condamné à cinq ans de prison pour subordination de témoins. 
  • Ses avocats ont prévu de faire appel. 

Jacques Mariani a été condamné ce jeudi à cinq ans de prison pour subordination de témoin en récidive par le tribunal correctionnel de Marseille. Le tribunal a délivré un mandat de dépôt contre cette figure du grand banditisme corse, qualifiée par l’accusation de « malfaiteur notoire » et considéré comme l’héritier de la bande criminelle corse de la « Brise de Mer ».

Il a été condamné pour être intervenu auprès d’un codétenu de la maison centrale de Saint-Maur (Indre), qui était appelé à témoigner, en octobre 2012, au procès en appel d’Ange-Toussaint Federici, membre d’un clan corse, jugé pour un triple assassinat.

>> A lire aussi : Emmanuel Macron se rendra en Corse le 6 février, vingt ans jour pour jour après la mort du préfet Erignac

Extorsion de fonds en bande organisée

Une somme de 130.000 euros avait été versée la veille et le lendemain du témoignage de Karim Boughanemi. Le procureur Patrice Ollivier-Maurel avait requis « quatre à cinq ans de prison » contre Jacques Mariani : « Il prend les initiatives, organise le scénario, prend les contacts, met la pression sur Karim Boughanemi », avait-il expliqué.

Son avocat, Me Jean-Sébastien de Casalta, qui avait quitté la barre mardi alors que son client se disait jugé d’avance, a annoncé à l’AFP qu’il comptait faire appel. Ce jugement « illustre la volonté coûte que coûte de condamner, condamner parce que, sans doute, il s’agit de Jacques Mariani », a-t-il déclaré.

Jacques Mariani, déjà condamné en 2013 à 4 ans de prison dans une affaire d’extorsion de fonds visant des boîtes de nuit aixoises, est également mis en examen depuis fin 2017 dans un autre dossier d’extorsion de fonds en bande organisée. Le tribunal a condamné trois autres prévenus, intermédiaires et émissaires à des peines allant de 18 mois avec sursis à 18 mois ferme.