Marseille: Le parquet demande le renvoi en correctionnelle d'un élu d'opposition

JUSTICE Karim Zéribi est accusé d’abus de confiance et abus de biens sociaux…

M.C. avec AFP

— 

Karim Zéribi en 2014
Karim Zéribi en 2014 — BERTRAND LANGLOIS / AFP

Le parquet de Marseille a requis le renvoi devant le tribunal correctionnel de l’élu marseillais d’opposition Karim Zéribi, fondateur en 2001 du Parlement des banlieues, pour abus de confiance et abus de biens sociaux, a-t-on appris lundi de source judiciaire.

>> A lire aussi : Marseille: «Je n'ai jamais perçu un seul euro», assure Karim Zéribi

Député européen de 2012 à 2014, Karim Zéribi avait été mis en examen le 10 avril 2015. La justice le soupçonne d’avoir détourné à son profit de l’argent versé à plusieurs associations, dont Agir pour la citoyenneté (APC), une association qu’il avait fondée en 2001 et destinée à favoriser l’égalité des chances pour les jeunes issus des quartiers en difficulté.

Même s’il n’a plus présidé l’association à compter de 2006, le parquet de Marseille le considère, dans son réquisitoire définitif consulté par l’AFP, comme le dirigeant de fait d’APC. Il le soupçonne d’avoir détourné à des fins politiques et électorales une partie des subventions versées à l’association entre 2007 et 2009 par le conseil général des Bouches-du-Rhône (50.000 €), le conseil régional Paca (16.800€) et l’Agence nationale pour la Cohésion sociale et l’égalité des chances (20.000 €).