Hérault: Une plainte déposée pour agression contre les Brigandes, un groupuscule proche de l’extrême droite

VILLAGE DIVISÉ Le groupe Les Brigandes qui revendique des idées racistes et fascistes est installé dans le petit village de la Salvetat-sur-Agoût dans l’Hérault depuis 2015…

D. G.

— 

Dans leurs chansons, les Brigandes chantent
Dans leurs chansons, les Brigandes chantent — Capture d'écran Youtube

Depuis 2015, l’installation du groupe Les Brigandes provoque l’émoi à la Salvetat-sur-Agoût (Hérault). Dans le petit village de 1.200 habitants jusque-là connu pour son eau pétillante, ce groupe de chanteuses choque une partie de la population avec des chansons explicites comme « Foutez le camp » ou encore « Seigneur, je ne veux pas devenir Charlie » aux paroles identitaires, antisémites et fascistes.

Le combat de Thierry Cazals

France Bleu Hérault rapporte que Thierry Cazals a porté plainte contre le groupe pour agression. « La dernière agression contre moi, c’était en pleine matinée, dans l’espace public, près du monument aux morts. Ils m’ont suivi jusqu’à la voiture, m’empêchant de rentrer. Et puis, il y a eu le flot d’insultes », témoigne Thierry Cazals.

L’homme lutte contre le groupuscule depuis son installation, sur son blog il écrit notamment « jamais, ne se résoudre à ce que la Salvetat-sur-Agoût devienne la vitrine du fascisme ».

Salvetat-sur-Agoût dans l'Hérault.
Salvetat-sur-Agoût dans l'Hérault. - Maps4News

Un groupe apparenté à une secte

Une trentaine de personnes graviteraient autour des Brigandes, dont un certain Joël Labruyère qui produit le groupe de femmes avec sa société Barka productions. « Cette communauté montre des signes d’emprise chez ses membres », explique au Parisien Serge Blisko, directeur de la Miviludes, la mission interministérielle de vigilance et de lutte contre les dérives sectaires.

Depuis l’installation du groupe dans le village, un climat délétère et de suspicion s’installe entre les habitants. Savoir qui soutient ou qui condamne la présence du groupe est un sujet délicat, et le maire Thibault Estadieu reste muet aux différentes sollicitations médiatiques.