Nordahl Lelandais, principal suspect dans l’affaire Maëlys, a été mis en examen ce mercredi pour l’assassinat du caporal Arthur Noyer, disparu en Savoie en avril, a annoncé le procureur de Chambéry Thierry Dran.

Il avait été déféré ce matin à l’issue de 48 heures de garde à vue. L’ex-militaire de 34 ans était interrogé depuis lundi par les gendarmes de la section de recherches de Chambéry dans le cadre de l’enquête sur la disparition d’Arthur Noyer, le 12 avril dernier.

>> A lire aussi : «Comment faire disparaître un corps», les étranges recherches de Nordahl Lelandais

Arrivé au palais de justice de Chambéry vers 11 heures, il a été interrogé par une juge d’instruction. Les enquêteurs, qui s’appuient notamment sur des expertises téléphoniques, s’interrogent sur son éventuelle implication dans la disparition d’Arthur Noyer, caporal du 13e Bataillon de chasseurs alpins (BCA) de Chambéry.

Nordhal Lelandais admet sa présence sur les lieux mais conteste les faits reprochés

Les enquêteurs s’appuient sur des « indices graves et concordants » fournis par le bornage du téléphone du suspect et la présence de son véhicule sur les lieux de la disparition du militaire, a précisé le procureur lors d’une conférence de presse.

Nordhal Lelandais a admis sa présence sur les lieux mais conteste l’ensemble des faits qui lui sont reprochés.

L’ADN d’Arthur Noyer a été identifié lundi sur un crâne retrouvé le 7 septembre sur un chemin de randonnée par un promeneur. Dans la nuit du 11 au 12 avril, le caporal Arthur Noyer du 13e bataillon des chasseurs alpins, s’est volatilisé alors qu’il sortait de boîte de nuit à Chambéry. Il a été vu pour la dernière fois vers 4 heures du matin faisant du stop dans une rue de la ville pour rentrer dans sa caserne.

>> A lire aussi : Nordahl Lelandais, principal suspect dans l'affaire Maëlys, entendu pour une autre disparition

Les parents d’Arthur Noyer et leur avocat, Me Bernard Boulloud, se sont eux exprimés à l’issue du point-presse officiel. « Aujourd’hui c’est une nouvelle qui est terrible pour des parents de perdre leur enfant, pour son frère de perdre son frère », a déclaré Me Bernard Boulloud face à la presse. « Je ne trouve pas les mots pour exprimer notre chagrin » a déclaré Cécile Noyer, la mère d’Arthur. « Aujourd’hui, comme hier, nous faisons confiance à la justice et nous allons continuer de nous battre jusqu’à ce que la vérité éclate », a-t-elle dit.