Toulouse: Nouveau round judiciaire pour obtenir l'ancienne formule du Levothyrox

JUSTICE Jeudi, une nouvelle fois, des patients toulousains vont demander à un juge d’obliger le laboratoire Merck à leur fournir l’ancienne formule du Levothyrox…

H.M. avec AFP

— 

L'avocat toulousain Jacques Lévy veut que ses clients puissent se procurer l'ancienne formule du Levothyrox.
L'avocat toulousain Jacques Lévy veut que ses clients puissent se procurer l'ancienne formule du Levothyrox. — Niviere - Sipa

Mêmes causes, mêmes effets ? Jeudi 21 décembre, 23 patients souffrant des effets secondaires de la nouvelle formulation du Levothyrox vont assigner le laboratoire Merck devant un juge des référés de Toulouse pour exiger d’avoir accès à l’ancienne formule du médicament.

>> A lire aussi : VIDEO. Affaire Levothyrox: Merck condamné à fournir l'ancienne formule à 25 patientes de Haute-Garonne

Leur porte-voix sera Jacques Lévy, l’avocat qui le 14 novembre a déjà obtenu gain de cause devant la même juridiction pour 25 premiers plaignants. Le juge avait condamné le laboratoire à fournir « par le biais des circuits de distribution et de commercialisation, sans délai » leur produit habituel, désormais dénommé Euthyrox. Il avait assorti sa décision d’une astreinte de 10.000 euros par jour et par infraction constatée. Mais Merck avait fait appel.

D’autres assignations en Occitanie

« Cette nouvelle action à Toulouse est intentée par des patients qui n’avaient pas pu se joindre à la première car les dossiers n’étaient pas prêts. Ils sont très longs à constituer », précise Jacques Lévy. La différence avec la première audience toulousaine réside dans la demande de reconnaissance d’un préjudice d’anxiété car, dit l’avocat, « les malades ignorent les conséquences à long terme sur leur santé » de la prise du nouveau médicament.

>> A lire aussi : Levothyrox: Le procès au civil se tiendra le 1er octobre

D’autres de ses dossiers ont été plaidés devant le tribunal de Saint-Gaudens (Haute-Garonne) qui rendra sa décision le 26 décembre. Et le Toulousain prévoit également des assignations à Castres (Tarn), puis à Tarbes (Hautes-Pyrénées) et Montauban (Tarn-et-Garonne).

Un autre avocat toulousain, Christophe Lèguevaques, a choisi la voie civile pour agir. Il a engagé une action collective ce jeudi en déposant 500 assignations devant le tribunal d’instance de Lyon. Ce dernier a programmé l’audience pour octobre 2018.