Violences sexuelles: La hausse du nombre de plaintes se poursuit

POLICE Une hausse de 30 % a été observée en novembre par rapport au même mois de l’année précédente…

20 Minutes avec AFP

— 

Illustration d'un commissariat de police.
Illustration d'un commissariat de police. — JACQUES DEMARTHON AFP

Les plaintes pour violences sexuelles continuent d’augmenter en France dans la foulée de la libération de la parole provoquée par l’affaire Weinstein. Une hausse de 30 % en novembre par rapport au même mois de l’année précédente a ainsi été observée.

>> A lire aussi : Violences sexuelles: Comment les victimes sont-elles prises en charge par les forces de l'ordre?

D’après les dernières données du service statistique ministériel de la sécurité intérieure mises en ligne le 13 décembre sur le site Interstats, les violences sexuelles ont fait l’objet en novembre de 4.207 plaintes, contre 3.238 en novembre 2016 (+ 969 faits).

Les taux de plaintes restent très faibles

Le mois d’avant, 4.148 plaintes avaient été comptabilisées par policiers et gendarmes, contre 3.349 en octobre 2016, soit une hausse de 23,85 % (+799 faits). Ces violences sexuelles recouvrent les viols sur majeurs et mineurs ainsi que les faits de harcèlement sexuel et agression sexuelle sur majeurs et mineurs.

>> A lire aussi : Les plaintes pour violences sexuelles en hausse de 23% en octobre en zone police

Cette augmentation est à rapprocher du taux très faible de plaintes déposées de manière générale. Selon une étude début décembre du ministère de l’Intérieur, environ 222.000 adultes sont victimes chaque année de violences sexuelles et seule une victime sur douze porte plainte.

L’affaire Harvey Weinstein a donné un coup d’accélérateur

La libération de la parole a eu « clairement un effet » dans le nombre de plaintes déposées, avait expliqué mi-novembre une source au sein du ministère de l’Intérieur. Dans la foulée du scandale Harvey Weinstein, les témoignages d’anonymes dénonçant des faits similaires dans de nombreux pays ont déferlé sur les réseaux sociaux. Sous les hashtags #balancetonporc en France et #metoo parti des Etats-Unis, des milliers de femmes ont témoigné des agressions sexuelles ou du sexisme qu’elles ont subies.

>> A lire aussi : Violences sexuelles: Sandrine Rousseau lance une adresse mail pour rassembler les victimes

En France, l’exécutif, qui a sonné fin novembre la mobilisation contre les violences sexuelles ou sexistes faites aux femmes, a notamment promis de créer un signalement en ligne, dès début 2018, pour les victimes de violence, harcèlement ou discrimination, qui pourront de chez elles parler avec des policiers ou gendarmes. La France doit faire voter au premier semestre 2018 la création d’un nouveau délit d'« outrage sexiste ».