Val-de-Marne: Condamné pour avoir empoisonné par vengeance ses anciens collègues chercheurs

FAITS DIVERS L’ancien stagiaire avait versé une substance de poison dans la bouilloire de ses confrères pour se venger…

20 Minutes avec agence
— 
Un homme a été condamné par le tribunal de Créteil pour avoir empoisonné ses anciens collègues.
Un homme a été condamné par le tribunal de Créteil pour avoir empoisonné ses anciens collègues. — PHILIPPE HUGUEN / AFP

Un scientifique versaillais de 28 ans a été condamné à cinq ans de prison dont trente mois avec sursis ce lundi par le tribunal correctionnel de Créteil. En 2014, l’homme, convaincu que ses collègues de l’Institut Gustave-Roussy (IGR) de Villejuif (Val-de-Marne) où il venait de faire un stage, avaient utilisé ses recherches à leur profit, avait voulu se venger d’eux, rapporte Le Parisien.

Un laboratoire vandalisé

L’individu est un ancien élève de Normale Sup, diplômé de l’Institut Curie et spécialisé en virologie. Neuf mois après un stage à l’IGR, il apprend que d’anciens collègues auraient écrit un article en s’appuyant sur ses propres recherches.

C’est faux mais son sang ne fait qu’un tour. Il parvient alors à entrer dans le laboratoire de Gustave-Roussy et entreprend d’y semer la désolation en éteignant les congélateurs de cellules et en jetant des bonbonnes de camping dans des cuves de cryogénisation.

De l’azoture de sodium dans la bouilloire

Le jeune homme met ensuite la main sur de l’azoture de sodium et en verse dans la bouilloire qu’utilisaient ses ex-collègues pour préparer thé et café. Trois chercheurs tomberont malades au cours des deux jours suivant. La dose de poison utilisée, quoique potentiellement létale, n’entraînera, heureusement, aucun décès.

Lors de son procès, le jeune homme a toutefois éprouvé quelques remords. « Sachez que je suis impardonnable. Rien ne justifiait mes actes. Sachez que je veux passer le reste de ma vie à racheter mes fautes. » Des arguments qui n’ont visiblement pas totalement convaincu les juges.