Nantes: Douze ans de prison ferme pour le meurtre d'un cambrioleur

JUSTICE Il était accusé d'avoir tué avec sa carabine un jeune de 19 ans, près de Nantes, en août 2014...

J.U.

— 

Le palais de justice de Nantes.
Le palais de justice de Nantes. — JS Evrard/AFP

Plus de trois ans après les faits, son procès s'était ouvert mardi devant la cour d’assises de Loire-Atlantique. Philippe Fourny, 62 ans, a été condamné vendredi à 12 ans de réclusion criminelle pour le meurtre d'un cambrioleur. La nuit du drame, le 9 août 2014, il avait été réveillé par du bruit dans la cour de sa maison isolée, à Joué-sur-Erdre, au nord de Nantes. Vivant seul, il était alors sorti de son domicile, armé de sa carabine et avait surpris deux jeunes gens qui s’affairaient dans son hangar. L’un d’entre eux avait été mortellement touché au dos. Il était âgé de 19 ans.

A l’isolement dans un monastère

Après 18 mois de détention provisoire à la maison d’arrêt de Nantes, l’accusé avait attendu son procès dans un monastère, placé sous contrôle judiciaire et équipé d’un bracelet électronique. Une alternative rare que cet homme, très pratiquant, avait demandée et obtenue grâce à son avocate, Me Cécile de Oliveira.

L’accusé, qui avait indiqué avoir été cambriolé à de nombreuses reprises, a toujours soutenu qu’il ne voulait pas tuer sa victime.