Ariège: Une information judiciaire ouverte après la disparition mystérieuse d’un père et sa fille

JUSTICE Une information judiciaire a été ouverte vendredi par le parquet de Foix après la disparition le 30 novembre d’un père et sa fille. Leur voiture avait été retrouvée incendiée dans l’Aude, le soir de leur disparition…

Beatrice Colin

— 

Cette étudiante arégiégeosie et son père n'ont pas donné signe de vie depuis le 30 novembre 2017.
Cette étudiante arégiégeosie et son père n'ont pas donné signe de vie depuis le 30 novembre 2017. — Twitter
  • Célia Orsaz, une étudiante toulousaine de 18 ans, et son père, Christophe Orsaz, n’ont plus donné de signes de vie depuis le 30 novembre, jour où leur voiture a été retrouvée incendiée dans l’Aude.
  • Karline Bouisset, la procureure de Foix, a ouvert une information judiciaire pour « disparition inquiétante » et indique qu’aucun élément ne permet de privilégier une piste.

Le mystère demeure autour de la disparition de Célia Orsaz, 18 ans, et son père Christophe, 46 ans. Mardi soir, la procureure de Foix lançait un appel à témoins pour tenter d’avancer dans les recherches pour retrouver ces deux personnes qui n’ont plus donné signe de vie depuis le jeudi 30 novembre.

Ils avaient été vus pour la dernière fois à Lavelanet, en Ariège aux alentours de 16 h 30 à bord d’un Renault Kangoo blanc. Un véhicule retrouvé incendié le soir même dans l’Aude, sur la commune de Puivert, en bordure d’une forêt, à près de 100 km de Lavelanet.

>> A lire aussi : Un père et sa fille se sont volatilisés, leur voiture retrouvée incendiée

Vendredi en fin d’après-midi, la procureure de la République de Foix, Karline Bouisset, a indiqué qu’elle ouvrait une information judiciaire pour « disparition inquiétante de personnes majeures ».

Importants moyens déployés en vain

« Les importants moyens humains et matériels déployés pour parvenir à retrouver Christophe Orsaz et sa fille Célia restent malheureusement vains. L’appel à témoins lancé mardi soir n’a pas davantage permis de recueillir d’élément utile à la découverte des disparus », a indiqué la responsable du parquet dans un communiqué.

La magistrate précise qu’aucun « indice ne permet ainsi, à cette heure, de privilégier de piste d’investigation, de la disparition volontaire ou de celle de l’intervention d’un tiers ».

L’enquête, confiée à la Section de Recherches de Toulouse, est désormais placée sous l’autorité du juge d’instruction de Foix. Les gendarmes vont poursuivre les investigations pour tenter de lever les zones d’ombre autour de cette affaire mystérieuse.