Pau: Une comptable mis en examen pour avoir détourné 230.000 euros des comptes de son employeur

JUSTICE Une comptable de 40 ans a détourné 230.000 euros des comptes de la société de travaux publics Bordatto à Oloron, qui l'employait. Elle a été mise en examen à Pau ce jeudi pour escroquerie...

E.P.

— 

Une voiture de police. (Illustration)
Une voiture de police. (Illustration) — V. WARTNER / 20 MINUTES

Une quadragénaire a été mise en examen ce jeudi à Pau pour escroquerie, et ses parents pour recel d’escroquerie. En neuf mois, elle est soupçonnée d’avoir détourné 230.000 euros des comptes de son employeur, la société de travaux publics Bordatto à Oloron pour laquelle cette somme représente six mois d’activité, révèle France Bleu Béarn. 

>> A lire aussi : Six policiers mis en examen dans le cadre d'une escroquerie à la TVA

C’est la banque qui a alerté les dirigeants de l’entreprise d’anomalies sur les comptes de la société. La comptable avait créé un faux compte de fournisseur, dont elle était en fait bénéficiaire et sur lequel elle virait de l’argent. La direction de l’entreprise a annoncé à sa trentaine de salariés qu’il n’y aurait pas de prime de Noël cette année.

>> A lire aussi : Saint-Etienne: Le traiteur, qui avait ruiné le mariage de plusieurs couples, devant la justice

Une famille endettée par des crédits à la consommation

Les trois mis en examen ont reconnu les faits, mais les parents affirment qu’ils ignoraient la provenance de cet argent. La comptable est célibataire et vit avec ses deux parents retraités. Ils cumulent à eux trois pas mal de crédits à la consommation alors que les parents ont une bonne retraite et elle un salaire de 2.400 euros par mois.

>> A lire aussi : Bourg-en-Bresse : La comptable vole 400.000 euros à son patron, la boîte frôle le dépôt de bilan

Leurs multiples crédits leur servaient à financer des voyages ou des achats de voitures. Ils en ont quatre à eux trois. Les parents se sont retrouvés à devoir rembourser des crédits à hauteur de 15.000 euros par mois et la comptable de 4.000 euros mensuels.

Les trois suspects ont été remis en liberté sous contrôle judiciaire, après leur garde à vue.