Nord: Une trentaine de plaintes déposées contre la centrale nucléaire de Gravelines, près de Dunkerque

JUSTICE Des militants associatifs et un maire belge ont déposé plainte pour mise en danger de la vie d’autrui, en s’appuyant sur un rapport d’experts concernant la centrale nucléaire de Gravelines…

G.D.

— 

La centrale nucléaire de Gravelines.
La centrale nucléaire de Gravelines. — M.LIBERT / 20 MINUTES

Une cinquantaine de personnes se sont présentées, samedi, au commissariat de Dunkerque pour porter plainte, individuellement, contre EDF, l’État, le Premier ministre et le ministre de la Transition énergétique, pour « mise en danger de la vie d’autrui », selon La Voix du Nord.

Piscine de refroidissement en cause

Une trentaine de plaintes ont pu être déposées. A charge désormais pour le ministère public de la justice de décider d’ouvrir ou non une enquête.

>> A lire aussi : Le président de l’ASN juge « le contexte préoccupant » sur le moyen terme concernant les centrales nucléaires

Cette action, relayée au niveau national par l’association Greenpeace, visait à dénoncer le manque de sécurité à la centrale nucléaire de Gravelines, selon ces militants d’associations. Ces derniers se réfèrent à un récent rapport d’experts mentionnant que les piscines de refroidissement de la centrale ne sont pas assez sécurisées.

Un maire belge parmi les plaignants

Parmi les manifestants se trouvait le bourgmestre (maire) de la ville belge frontalière d’Ostende, Jean Vandecasteele, militant antinucléaire convaincu. « Il n’y a pas de frontière dans ces cas-là. Je veux exprimer mon inquiétude comme cela a été fait en Belgique », a-t-il indiqué au quotidien régional.

Illustration de la centrale nucléaire de Gravelines, près de Dunkerque, dans le Nord
Illustration de la centrale nucléaire de Gravelines, près de Dunkerque, dans le Nord - M.LIBERT/20 MINUTES

D’autres actions similaires ont été menées en France pour les centrales nucléaires de Fessenheim, Cattenom, Le Bugey et Le Blayais.