De «Mamadou Segpa » à Saint-Étienne-du-Rouvray, un apprenti YouTubeur jugé pour terrorisme

PROCÈS Créateur de la série « Mamadou Segpa » sur YouTube, Omar. C. est jugé, ce vendredi à Paris, pour avoir diffusé la propagande de Daesh sur les réseaux sociaux…

Vincent Vantighem

— 

L'église de Saint-Etienne-du-Rouvray, lors d'un hommage au père Hamel assassiné par deux terroristes, le 29 juillet 2016.
L'église de Saint-Etienne-du-Rouvray, lors d'un hommage au père Hamel assassiné par deux terroristes, le 29 juillet 2016. — Francois Mori/AP/SIPA
  • Omar. C, 20 ans, a créé la série « Mamadou Segpa » sur YouTube.
  • Pour les besoins d’un épisode, il a contacté des terroristes de Daesh.
  • Il a reçu, en retour, une vidéo annonçant le meurtre du père Hamel.
  • Jugé, ce vendredi à Paris, il encourt une peine de dix ans de prison.

La vidéo dure 1’20’’. On y distingue un salon aux murs blancs. Un canapé sombre et une lampe munie d’un abat-jour en verre rouge. Au centre de la pièce, Abdel-Malik Petitjean annonce une « attaque dévastatrice qui va bouleverser le cœur des mécréants ».

Quand les enquêteurs découvrent ces images, le 24 juillet 2016, ils ne savent pas encore que l’homme qui s’exprime de la sorte va perpétrer, deux jours plus tard avec un comparse, l’attentat de Saint-Étienne-du-Rouvray (Seine-Maritime) et égorger, en pleine messe, le père Jacques Hamel. Ils ne connaissent ni leurs noms ni celui de leur cible.

Leur seule chance de les trouver réside dans un homme : Omar. C. C’est sur son téléphone Samsung que les services antiterroristes ont trouvé la vidéo en question. Âgé de 20 ans aujourd’hui, il doit être jugé, ce vendredi à Paris, pour « association de malfaiteurs terroristes ». Il est accusé d’avoir voulu se rendre en Syrie mais aussi d’avoir « activement participé sur les réseaux sociaux à la diffusion de la propagande » de Daesh.

>> Le témoignage bouleversant des rescapés de Saint-Etienne-du-Rouvray

En perquisitionnant son logement de Mantes-la-Ville (Yvelines), les enquêteurs ont mis la main sur une quantité astronomique de « matériel djihadiste ». Plus de 11.300 photos, 257 fichiers audio et 163 vidéos. Nous sommes alors le 24 juillet 2016. Les dernières images qu’il a téléchargées montrent un otage de Daesh se faire tirer dessus à bout portant par un obus de canon, un homme revendiquant l’attentat de Nice commis dix jours plus tôt et un autre annonçant donc celui de Saint-Étienne-du-Rouvray, sans le nommer.

« Mamadou va au kebab » avant de vouloir « rejoindre Daesh »

Une fois en garde à vue, Omar. C. indique qu’il est en première « gestion administration » au lycée Camille Claudel. Une classe qu’il doit d’ailleurs redoubler à la rentrée. Cela fait plusieurs mois qu’il a décroché à force de passer du temps sur les écrans. Celui de Call of Duty – Black Ops, un jeu vidéo dont il assure être classé « troisième mondial » ; celui de Facebook où il a tellement de comptes bidon qu’il ne se souvient plus de tous les codes d’accès et celui de YouTube qui, pense-t-il alors, va lui permettre de gagner sa vie.

>> Les réseaux sociaux accusés d'être « passifs » face à Daesh

Car Omar. C. fait des vidéos. Il est l’un des créateurs de « Mamadou Segpa ». Découpé à la hache grâce au logiciel Paint, son héros s’exprime à l’aide de la voix métallique de Google Traduction. Ils sont des dizaines de milliers à suivre ses aventures sur la toile. A être « mdr » quand « Mamadou va au kebab », quand « Mamadou fait sa rentrée » ou quand il « rencontre son ancienne prof ».

Sous chaque vidéo, les « likes » se transforment en dizaines d’euros pour Omar. C. Et lui donnent l’idée d’aller plus loin. Le prochain épisode aura pour titre « Mamadou rejoint Daesh ». Pour le mettre en scène, Omar. C. a besoin de véritables images de djihadistes.

Sur les réseaux, il se fait donc passer pour un terroriste. A ses contacts en France, il s’invente une vie de Français installé à Mossoul (Irak). A ceux qui sont sur le « théâtre des opérations », il raconte qu’il est en France et envisage de commettre un attentat. A tous, il réclame du « matériel » pour son projet vidéo.

Derrière le pseudo « @ » se cache Kassim, l’un des recruteurs de Daesh

C’est le moment où la fiction dans laquelle gravite « Mamadou » croise la vie bien réelle d’Omar. C. « Envoûté » par la propagande qu’il reçoit en masse, le YouTubeur s’égare. Discute avec une fille qui cherche un mari pour partir en Syrie. Lâche 2.000 euros à Barbès à un « contact » qui lui promet des faux papiers. Et aborde, via l’application Telegram, un homme dont le pseudo est « @ ».

>> L'application Telegram rechigne à collaborer avec les enquêteurs

Derrière le symbole se cache, en réalité, Rachid Kassim. Un Français considéré, à l’époque, comme l’un des principaux recruteurs pour le compte de Daesh en Syrie. Il incite Omar. C. à commettre un attentat. N’obtenant pas de réponse positive, il lui envoie la fameuse vidéo annonçant l’attentat de Saint-Étienne-du-Rouvray afin qu’il puisse la « publier partout ».

En détention provisoire, Omar. C. encourt dix ans de prison

Il est 15h55, ce 23 juillet 2016 quand Omar. C. la charge sur son portable. Il la regarde et n’y croit pas. Plutôt que d’en parler spontanément aux policiers qui perquisitionnent chez lui le lendemain, il continue donc d’envoyer des « snaps » à ses copains.

Placé en garde à vue le 25 juillet dans la soirée, il prétend ne rien savoir du projet d’attentat. Aux enquêteurs, il parle plus de « Mamadou Segpa » que de Rachid Kassim. Il est encore en plein interrogatoire, le lendemain matin, quand le père Jacques Hamel se fait égorger, dans son église de Saint-Étienne-du-Rouvray, alors qu’il célèbre la messe.

Depuis ces faits, le Pape a autorisé l’ouverture d’un procès en béatification du prêtre. Rachid Kassim a été tué par le tir d’un drone de la coalition internationale effectué dans la région de Mossoul, en février 2017. Omar. C. est, lui, en détention provisoire. Il a fini par reconnaître qu’il envisageait de se rendre en Syrie où il aurait voulu « travailler dans la vidéo ». Pour cela, il encourt une peine de dix ans de prison.

Quant à « Mamadou Segpa », il poursuit ses aventures sur YouTube sous la plume de nouveaux créateurs. Dans le dernier épisode, publié le 18 novembre, il mange tranquillement dans un fast-food avec le directeur de son lycée. Avant de finir par vomir sur l’une de ses professeures assises sur les toilettes.