Nice: Une professionnelle de l'immobilier écrouée dans l'affaire Kerimov

ENQUÊTE Deux architectes, un jardinier-paysagiste ainsi que le régisseur des villas du milliardaire russe sont également inquiétés...

F.Bi. avec AFP

— 

Le palais de justice de Nice.
Le palais de justice de Nice. — Google Maps

L’enquête s’accélère autour du sénateur milliardaire russe Souleïman Kerimov, propriétaire présumé de plusieurs villas sur la Côte d’Azur, payées avec des dessous-de-table. Une agente immobilière a été mise en examen et écrouée, a indiqué le parquet de Nice ce jeudi.

>> A lire aussi : Le milliardaire russe Kerimov mis en examen

Cette femme de 46 ans avait été placée en garde à vue jeudi dernier, au lendemain de la mise en examen de Souleïman Kerimov pour blanchiment aggravé de fraude fiscale. Elle a été placée sous mandat de dépôt samedi, suspectée du même chef.

Quatre autres personnes inquiétées

Basée à Nice, la professionnelle de l’immobilier intervenait au Cap d’Antibes, presqu’île paradisiaque dont les villas d’époque ou de prestige à l’abri des regards séduisent les grandes fortunes du monde entier, notamment russes.

Deux architectes, un jardinier-paysagiste ainsi que le régisseur des villas du milliardaire russe sont également inquiétés dans cette enquête aux ramifications internationales menant en Suisse, à Monaco et au Luxembourg. Les trois premiers ont été remis en liberté, le quatrième a été mis en examen et placé sous contrôle judiciaire.

Un préjudice de 400 millions pour le fisc ?

Les investigations visent donc désormais divers professionnels intervenus lors de l’achat ou des travaux d’embellissement dans les villas que l’oligarque russe est soupçonné d’avoir achetées au Cap d’Antibes à partir de 2006, soit cinq au total.

Ce sont plus de 400 millions d’euros qui auraient échappé au fisc grâce à des actes de vente sous-déclarés par rapport au prix réel. A cela s’ajoutent environ 40 millions d’euros de prestations diverses payées en liquide au noir.

>> A lire aussi : Le milliardaire russe Kerimov libéré sous caution, le parquet fait appel

Tout comme son régisseur, le sénateur russe a été placé sous contrôle judiciaire, interdit de quitter les Alpes-Maritimes, et non incarcéré. Le parquet de Nice a fait appel de ces deux libérations. La cour d’appel d’Aix-en-Provence doit se prononcer mardi.