Corse, Ajaccio: Un notaire risque très gros pour des blagues salaces (et homophobes) dans un registre

DERAPAGE Ce notaire a eu la brillante idée d'écrire des insanités homophobes dans le registre du commissariat d'Ajaccio, et de signer du nom d'un élu corse...

J.S.-M.

— 

Panneau qui indique une étude de notaire dans la Sarthe, le 17 janvier 2016.
Panneau qui indique une étude de notaire dans la Sarthe, le 17 janvier 2016. — GILE MICHEL/SIPA

Il sera jugé pour « prise du nom d’un tiers, faux en écriture privée, outrage et injure envers une personne à raison de son orientation sexuelle » : un notaire d’Ajaccio risque très gros pour des blagues salaces et homophobes inscrites sur le registre d’un commissariat, rapporte Corse-Matin.

« Préférences sexuelles des CRS »

Selon le quotidien régional, ce notaire s’est amusé, samedi dernier, à inscrire des « insanités » (c’est le mot du procureur) dans un registre laissé à disposition des usagers, dans le bureau des procurations, au commissariat d’Ajaccio​. Corse-Matin ne révèle pas le contenu du message, précisant seulement que « la bienséance interdit de retranscrire le détail » et qu’il y fait allusion « aux regards appuyés de l’officier de police judiciaire et aux préférences sexuelles des CRS postés devant le commissariat ».

>> A lire aussi : VIDEO. Après la Catalogne, la question de l'autonomie agite les élections territoriales

Son petit méfait accompli, le notaire a signé le mot du nom de Jean-Martin Mondoloni, leader de la droite régionaliste. L’élu a porté plainte. Le notaire a été identifié grâce aux caméras de surveillance et placé en garde à vue pendant quelques heures. « Je ne suis absolument pas homophobe », assure le notaire. « La blague est certes de mauvais goût, mais la réaction est excessive », ajoute son avocat, Philippe Gatti, auprès de Corse-Matin. « De temps en temps, la justice trouve qu’il est de bon ton de présenter un bourgeois au bon peuple, c’est une façon de démontrer que l’on fait son travail », ajoute le pénaliste.

La justice jugera le « bourgeois » le 16 février prochain.