Rhône : Ils comptaient se faire un festin avec des hérissons, la justice les condamne

CAUSE ANIMALE Les deux hommes ont été jugés mardi devant le tribunal correctionnel de Villefranche…

Elisa Frisullo

— 

Le hérisson fait partie des espèces protégées.
Le hérisson fait partie des espèces protégées. — Mary Ardea/ Sipa

Leur procès était attendu de pied ferme par les associations de défense de la cause animale, parties civiles. Mardi, deux hommes de 23 et 25 ans ont été respectivement condamnés à un mois de prison avec sursis et 105 heures de travail d’intérêt général devant le tribunal correctionnel de Villefranche-sur-Sâone (Rhône) pour avoir capturé des hérissons en vue de les manger.

Dans la nuit du 12 au 13 septembre, les prévenus, issus de la communauté des gens du voyage et originaires du Puy-de-Dôme, avaient été interpellés par la police à Limas, près de Villefranche-sur-Saône. Ils avaient attiré l’attention des policiers car ils circulaient tous feux éteints.

>> A lire aussi : Villefranche: Jugés pour avoir capturé des hérissons afin de les manger

Une «tradition» parfaitement interdite

Lors du contrôle de la voiture, les forces de l’ordre avaient découvert, dissimulés dans la boîte à gant, deux hérissons. Les deux hommes avaient alors facilement reconnu avoir capturé les deux animaux un peu plus tôt dans la soirée, en vue de les manger. Les pauvres bêtes, saines et sauves, avaient été relâchées dans la nature. Des aveux qu’ils ont répétés, mardi, à la barre du tribunal, où selon Le Progrès, ils ont expliqué que manger des hérissons était une tradition dans leur communauté.

>> A lire aussi : En Pologne, les hérissons ont trouvé leur sauveur

Une tradition totalement illégale en France, tout comme le fait de les capturer, les hérissons faisant partie des espèces protégées. Dans le cadre de cette affaire, quatre associations de défense de la cause animale, dont la Fondation Brigitte Bardot et Sanctuaire de hérissons, s’étaient constituées parties civiles.

Les prévenus, qui s’exposaient à une amende de 100.000 euros et deux ans de prison, ont également été condamnés à verser 4.000 euros de dommages et intérêts aux associations.