Uraniumgate: Perquisition en cours au siège d'Areva

ENQUETE Areva « confirme une perquisition ce matin dans le cadre d’une enquête préliminaire »...

20 Minutes avec AFP

— 

La Commission européenne a annoncé le 19 juillet l'ouverture d'une "enquête approfondie" sur le financement de la restructuration du groupe nucléaire Areva par l'Etat français
La Commission européenne a annoncé le 19 juillet l'ouverture d'une "enquête approfondie" sur le financement de la restructuration du groupe nucléaire Areva par l'Etat français — ERIC PIERMONT AFP

Une perquisition avait lieu ce mardi au siège du groupe nucléaire Areva dans le cadre d’une enquête sur une opération de vente présumée douteuse d’uranium nigérien baptisée « Uraniumgate », ont indiqué des sources concordantes.

>> A lire aussi : Le Niger veut-il se débarrasser d'Areva?

Areva « confirme une perquisition ce matin dans le cadre d’une enquête préliminaire », a déclaré un porte-parole du groupe, sans donner d’autres détails. Une source judiciaire a aussi confirmé une perquisition sans préciser dans quelle enquête elle était diligentée. 

« Areva collabore étroitement avec la justice »

« Areva collabore étroitement avec la justice », a ajouté cette source. Une source judiciaire a aussi confirmé une perquisition sans préciser dans quelle enquête elle était diligentée. Selon des sources proches du dossier, l’enquête porte sur une affaire de courtage d’uranium nigérien remontant à plusieurs années et qui s’était traduite par des pertes pour Areva.

Cette affaire baptisée « Uraniumgate » fait l’objet d’une enquête préliminaire en France. Au Niger, le Parlement avait annoncé au mois de mars son souhait d’enquêter sur cette vente, à la demande de l’opposition, et un collectif d’ONG a déposé une plainte contre X.

Le journal local Le Courrier a évoqué une série de transactions complexes impliquant plusieurs entreprises françaises (dont Areva), russe et libanaise, et mis en cause le ministre des Finances nigérien.

Mots-clés :