Aude: Elle avait décapité la statue du diable , elle écope de deux mois de prison avec sursis

JUSTICE La femme qui avait décapité en avril dernier la statue du diable d’Asmodée à Rennes-le-Château, dans l’Aude, a été condamnée ce vendredi à deux mois de prison avec sursis…

B.C. avec AFP

— 

Le diable Asmodée supportant un bénitier, à l'entrée de l'église Sainte-Marie-Madeleine de Rennes-le-Château.
Le diable Asmodée supportant un bénitier, à l'entrée de l'église Sainte-Marie-Madeleine de Rennes-le-Château. — MARY EVANS/SIPA
  • Condamnée à deux mois de prison avec sursis, la femme de 37 ans a aussi une obligation de soins et doit rembourser la commune pour les travaux estimés à 17.718 euros.
  • A l’audience, elle avait indiqué vouloir « montrer la destruction du mal incarné ».

Rennes-le-Château, petit village de l’Aude, a toujours attiré des gens farfelus, à la recherche du trésor de l’abbé Saunière. Mais le 23 avril 2017, jour du premier tour de l’élection présidentielle, la femme qui s’est présentée devant l’église semble illuminée.

>> A lire aussi : Aude: Elle décapite le diable de l'église de Rennes-le-Chateau

Vêtue d’une longue cape blanche et d’un masque vénitien, elle a frappé de plusieurs coups de hache la statue du diable Asmodée, une des curiosités de l’édifice religieux qui soutient le bénitier. Elle l’a décapité, avant de s’en prendre à celle de Marie-Madeleine, et de déposer un Coran au sol.

Obligation de soins

Jugée en octobre par le tribunal correctionnel de Carcassonne, elle a été condamnée ce vendredi à deux mois de prison avec sursis assortis d’une mise à l’épreuve d’une durée de 24 mois et d’une obligation de soins. Il lui est aussi interdit d’apparaître dans la commune à laquelle elle devra verser 17.718 euros pour couvrir les travaux de réparation.

A l’audience, celle qui se présente comme l’ancienne compagne de Sabri Essid, le djihadiste « demi-frère de Mohamed Merah », avait expliqué vouloir, par son geste, «montrer la destruction du mal incarné».