Procès du tireur de BFM, Libération et de la Société Générale: 25 ans de prison requis contre Abdelhakim Dekhar

PROCES Jugé depuis vendredi dernier pour « tentative d'assassinat » et « enlèvement et séquestration », Abdelhakim Dekhar encourt la réclusion criminelle à perpétuité... 

20 Minutes avec AFP

— 

Capture d'une caméra de vidéosurveillance montrant Abdelhakim Dekhar, enregistrée le 18 novembre 2013et diffusée le 19 novembre 2013 par la Préfecture de police de Paris.
Capture d'une caméra de vidéosurveillance montrant Abdelhakim Dekhar, enregistrée le 18 novembre 2013et diffusée le 19 novembre 2013 par la Préfecture de police de Paris. — PREFECTURE DE POLICE DE PARIS / AFP

Une peine de 25 ans de réclusion criminelle a été requise vendredi contre Abdelhakim Dekhar. Le quinquagénaire est jugé aux assises pour son périple armé en novembre 2013 au cours duquel il avait grièvement blessé un photographe au siège du quotidien Libération. L'avocat général a demandé que cette peine soit assortie d'une période de sûreté des deux tiers. « Le principal mobile, c'est tuer par dépit social », a dit l'avocat général Bernard Farret dans son réquisitoire.

Tout au long du procès Abdelhakim Dekhar n'a eu de cesse repéter que le tir qui a grièvement blessé César S. était accidentel. A la cour, il a expliqué que sa dramatique équipée était une «scénarisation de son suicide», une manière pour lui de se faire abattre par la police en faisant croire à ses proches qu'il était mort pour ses idées. «Une construction imaginaire de plus, aux yeux du magistrat, pour permettre à M. Dekhar de se supporter lui-même.» 

Le verdict est attendu dans la soirée.