Attentat de Nice: La police municipale a été visitée par les juges

ENQUETE Les magistrats cherchent à comprendre les éventuelles failles dans la sécurisation de la promenade des Anglais le soir du 14 juillet 2016…

M.F.

— 

Illustration de la police municipale de Nice
Illustration de la police municipale de Nice — E. Dessons / SIPA

C’est une avenue très surveillée. Ce qui n’a pas empêché un terroriste de perpétrer un attentat sur la promenade des Anglais de Nice et de tuer 86 personnes. Pour comprendre si d’éventuelles failles sécuritaires ont pu mettre en danger la vie des Niçois et des touristes le soir du 14 juillet 2016, des juges se sont rendus dans les locaux de la police municipale de Nice, rapporte Le Parisien.

« Il y a eu une visite des juges, car il est de leur devoir de comprendre comment ont travaillé la police municipale et la police nationale, a détaillé le maire LR de Nice Christian Estrosi sur France Info. C’était une visite pour demander à des techniciens d’expliquer comment fonctionne une technologie. »

Près de cent plaintes

Les magistrats enquêtent suite aux plaintes de près de cent personnes sur le volet de la sécurisation de la promenade des Anglais, qui avait attiré ce soir-là plus de 30.000 spectateurs. Ils s’intéressent au centre de supervision urbain, aux 1.800 caméras et aux fonctionnaires pour comprendre comment le terroriste a pu faire des repérages à bord du camion puis renversé 86 personnes. Ce dossier est indépendant de celui sur le terrorisme.

Très rapidement après le 14 juillet 2016, une intense polémique avait éclaté entre Christian Estrosi, qui n'était plus maire de Nice mais l'est redevenu depuis, et le ministre de l'Intérieur de l'époque, Bernard Cazeneuve, autour du dispositif prévu ce soir-là pour protéger la foule.

>> A lire aussi : Près de 100 plaintes dénoncent un dispositif de sécurité «insuffisant»