Attentat contre Charlie Hebdo et l'Hyper Cacher: Trois personnes placées en garde à vue

TERRORISME Les enquêteurs cherchent à établir s’ils ont pu jouer un rôle dans la fourniture des armes utilisées pour commettre ces attentats…

C.Po. avec AFP

— 

Pancarte le 7 janvier 2017 à Paris, en hommage à Charlie Hebdo.
Pancarte le 7 janvier 2017 à Paris, en hommage à Charlie Hebdo. — BERTRAND GUAY / AFP

Près de trois ans après l’attentat contre Charlie Hebdo et l’Hyper Cacher de Vincennnes, trois personnes ont été interpellées, a appris 20 Minutes de source judiciaire, confirmant une information duParisien. Une femme, née en 1989, a été interpellée lundi dans la soirée en Haute-Marne et un homme, né en 1971, a été arrêté dans les Ardennes, un peu plus tôt dans la journée, par les enquêteurs de la Sous-direction antiterroriste (Sdat). Une troisième personne a été placée en garde à vue ce mardi.

>> A lire aussi : Attentat de l’Hyper Cacher: Interpellation de dix personnes soupçonnées d’être liées à Amédy Coulibaly

Volet « arme » du dossier

Lesinvestigations portent sur le volet « arme » du dossier. Les enquêteurs cherchent à établir s’ils ont pu jouer un rôle d'« intermédiaires » dans la fourniture des armes utilisées par les tueurs. Si l’enquête s’est accélérée ces derniers mois avec six nouvelles mises en examen, des individus, soupçonnés à des degrés divers d’avoir apporté une aide logistique à Amédy Coulibaly, les investigations n’ont pas établi comment les frères Kouachi se sont procuré leur arsenal.

Les enquêteurs ne sont jamais parvenus non plus à décrypter les messages contenus dans les boîtes mail des trois assaillants. D’autres zones d’ombre demeurent, notamment concernant d’éventuels complices ou commanditaires au sein des mouvances liées à l’organisation de l’Etat islamique ou à Al-Qaida. Les enquêteurs se demandent aussi si c’est Coulibaly qui avait blessé par balles, le 7 janvier, un joggeur à Fontenay-aux-Roses (Hauts-de-Seine).