Caricature antisémite de Macron: Le parquet de Paris ouvre une enquête contre Gérard Filoche

ENQUETE L’enquête a été confiée à la Brigade de répression de la délinquance contre la personne (BRDP)...

20 Minutes avec AFP

— 

Gérard Filoche, membre du PS, le 17 décembre à Paris.
Gérard Filoche, membre du PS, le 17 décembre à Paris. — LAURENT CHAMUSSY/SIPA
  • Une enquête a été ouverte contre Gérard Filoche  après avoir posté vendredi soir un tweet polémique jugé « antisémite » sur Emmanuel Macron.
  • Le Parti socialiste a indiqué avoir entamé une procédure d’exclusion.

Le parquet de Paris a ouvert une enquête à l’encontre de Gérard Filoche après un tweet à caractère antisémite visant Emmanuel Macron qui vaut à cette figure du PS d’être sous le coup d’une procédure d’exclusion de son parti, a appris lundi l’AFP de source proche du dossier.

>> A lire aussi : Caricature antisémite de Macron: «Ces fantasmes de collusion et caricatures n’ont rien de nouveau ni d’original»

L’enquête a été ouverte pour « provocation à la haine ou à la violence à l’égard d’une personne en raison de son origine ou de son appartenance à une ethnie, une nation, une race ou une religion », a précisé une source judiciaire. Elle a été confiée à la Brigade de répression de la délinquance contre la personne (BRDP).

>> A lire aussi : Présidentielle: Un visuel de Macron reprenant des stéréotypes antisémites publié par Les Républicains

« J’ai fait mes excuses »

Une image d’Emmanuel Macron les bras levés devant un globe terrestre, le bras orné d’un brassard ressemblant à un accoutrement nazi où la croix gammée a été remplacée par le signe dollar, sur fond de drapeaux américain et israélien et de photos de Patrick Drahi, Jacob Rothschild et Jacques Attali : ce visuel diffusé sur Twitter sur le compte de Gérard Filoche était accompagné de quelques mots : « un sale type, les Français vont le savoir tous ensemble bientôt ».

Le tweet, diffusé vendredi soir, avait été rapidement effacé. Il « a été retiré, il ne sera plus là, j’ai fait mes excuses », avait réagi samedi Gérard Filoche à l’AFP. « Qu’est-ce qu’on veut de plus ? » avait-il ajouté, rappelant être un des fondateurs de SOS Racisme.