Transport : La SNCF condamnée en appel pour discrimination envers une ancienne employée

JUSTICE La première femme contrôleur de train se disait notamment victime de mysoginie et de bizutage... 

Mathilde Ceilles
— 
Illustration d'un contrôleur de la SNCF, ici auprès d'un TGV en gare de Rennes.
Illustration d'un contrôleur de la SNCF, ici auprès d'un TGV en gare de Rennes. — C. Allain / 20 Minutes

Ambiance misogyne, bizutage, carrière ralentie : poursuivie par une ancienne agente, qui était la première femme contrôleur de train, la SNCF a été condamnée par la cour d’appel d’Aix-en-Provence pour discrimination en raison du sexe de la salariée et de son appartenance à un syndicat.

>> A lire aussi : Trains en retard, subventions, nombre de passagers… Cinq chiffres insolites sur le transport ferroviaire

L’entreprise ferroviaire a été condamnée en appel fin octobre à verser 99.362 euros pour le préjudice matériel à l’ex-agente, 20.000 euros pour le préjudice moral, et 3.000 euros à la CGT des cheminots de Marseille, dont elle était membre.

>> A lire aussi : Un syndicat de la SNCF engage une action de groupe pour discrimination envers les salariés handicapés

La plaignante, entrée en 1980 dans l’Etablissement commercial trains (ETC) de Marseille a dépeint une ambiance misogyne sur son lieu de travail, des remarques sexistes ou encore des moqueries liées à son genre. En outre, elle rapporte avoir été rétrogradée à des tâches subalternes, qui ne correspondaient pas à ses compétences, et s’estime victime de discrimination syndicale.