A Eckwersheim, une cérémonie doit se dérouler sur les lieux de l'accident ce mardi après-midi, deux ans après. Illustration
A Eckwersheim, une cérémonie doit se dérouler sur les lieux de l'accident ce mardi après-midi, deux ans après. Illustration — G. Varela / 20 Minutes

ENQUETE

Accident de TGV en Alsace: «Ce qu'attendent les familles, c'est que les responsabilités soient assumées»

A Eckwersheim, une cérémonie commémorative se tient ce mardi après-midi dans la plus stricte intimité des familles, deux ans après l'accident de TGV qui a fait onze morts et 42 blessés en Alsace...

L’accident a eu lieu il y a tout juste deux ans. A 15h04, le 14 novembre 2015, une rame de TGV d’essai déraillait sur le second tronçon de la ligne à grande vitesse entre Paris et Strasbourg, au niveau du canal de la Marne au Rhin sur le territoire de la commune d’Eckwersheim. Onze personnes y ont trouvé la mort, et 42 autres ont été blessées.

Deux ans après, une cérémonie commérative est organisée ce mardi après-midi en Alsace, dans la plus stricte intimité dans les familles, en présence, cette année, du PDG de la SNCF Guillaume Pepy. Et ce alors que l’entreprise ferroviaire est convoquée par la justice le mercredi 20 décembre, en vue d’une possible mise en examen.

>> A lire aussi : Un an après l'accident de TGV, la famille de Fanny se demande encore «ce qui a causé sa mort»

« Une mise en examen s’impose », insiste un avocat des familles

« Je pense que ce qu’attendent les familles c’est que les responsabilités soient assumées, réagit à ce sujet l’avocat de familles de victimes Claude Lienhard, invité de France Info ce matin. Même s’il y a des aspects technologiques qui peuvent être discutables, il y a des choses qui doivent être à ce stade reconnues. »

Une mise en examen s’impose parce que l’on pourra avoir, devant les juges d’instruction, un débat.

>> A lire aussi : La SNCF et sa filiale Systra reconnues responsables deux ans après l'accident de TGV en Alsace

Et le conseil d’ajouter, alors les conclusions finales de l’enquête judiciaire ont pointé du doigt en octobre la responsabilité de la SNCF et de sa filiale Systra dans les erreurs successives : « Les invités, des familles, des enfants, des personnes ont eu un sentiment de trahison parce qu’ils ont été exposés à quelque chose qui n’aurait pas dû être. »