Isère: Un octogénaire condamné à 5 ans de prison avec sursis pour avoir étouffé sa femme souffrant d’Alzheimer

COUR D'ASSISES L’homme, âgé de 81 ans, n’envisage pas de faire appel…

20 Minutes avec AFP

— 

Un octogénaire a été condamné à cinq ans de prison avec sursis par la cour d'assises de l'Isère pour avoir étouffé son épouse atteinte d'Alzheimer.
Un octogénaire a été condamné à cinq ans de prison avec sursis par la cour d'assises de l'Isère pour avoir étouffé son épouse atteinte d'Alzheimer. — M.LIBERT/20MINUTES

Le verdict est tombé vendredi soir. Un octogénaire a été condamné à cinq ans de prison avec sursis par la cour d’assises de l’Isère pour avoir étouffé son épouse atteinte d’Alzheimer en 2015. Les jurés ont délibéré en moins de deux heures pour rendre un verdict conforme aux réquisitions du substitut général, Paul Rabesandratana.

L’avocate de la défense, Me Solen Morvan, s’est dite « déçue » car elle espérait l’acquittement pour son client, âgé de 81 ans, pour lequel elle avait plaidé le « coup de folie » et demandé la bienveillance des jurés. Elle n’envisage cependant pas de faire appel.

« Pas de justification au crime »

« La maladie d’Alzheimer ne donne pas une autorisation à tuer », avait déclaré dans l’après-midi lors de son réquisitoire Paul Rabesandratana, qui avait refusé de voir un « suicide altruiste » dans ce drame. « Certains veulent peut-être défendre une cause », celle de l’euthanasie, « mais ce n’est pas la réalité de ce dossier », avait-il estimé. Pour lui, l’accusé n’a pas tué pour soulager sa femme, il n’y avait « pas de justification au crime ». Il avait par ailleurs exclu l’abolition du discernement de l’accusé, ne retenant que la seule altération.

>> A lire aussi : Elle avait voulu tuer sa mère atteinte d'Alzheimer

Au matin du 29 octobre 2015, le mari s’était levé et avait étouffé son épouse à l’aide d’un traversin, « épuisé » de cette vie au côté d’une compagne malade et dont l’état se dégradait. Il avait été retrouvé dans la baignoire de leur modeste logement, à Fontaine (Isère), des entailles aux poignets et à la gorge, mais vivant.