VIDEO. Procès Merah: La justice n'est pas allée «jusqu'au bout», estiment les familles des victimes

PROCES « Je suis vraiment déçu, mon fils est mort pour rien », a notamment déclaré Latifa Ibn Ziaten, mère d’une des victimes de Mohamed Merah…

H. B.

— 

Latifa Ibn Ziaten, mère de la première victime de Mohammed Merah.
Latifa Ibn Ziaten, mère de la première victime de Mohammed Merah. — MIGUEL MEDINA AFP

Après la condamnation jeudi soir d’Abdelkader Merah à 20 ans de réclusion criminelle pour « association de malfaiteurs en vue d’une entreprise terroriste », la plupart des parties civiles ont exprimé leur déception et leur tristesse.

La cour d’assises spéciale de Paris n’a en effet pas reconnu pour Abdelkader Merah le chef d’accusation de « complicité » pour les sept assassinats commis par son frère Mohamed en mars 2012 à Toulouse et Montauban.

« On est trop naïf en France. Il faut qu’on se réveille », clame Latifa Ibn Ziaten

La mère de la première victime de Mohamed Merah, Latifa Ibn Ziaten, a estimé jeudi que la cour d’assises de Paris qui a condamné Abdelkader Merah à 20 ans de prison n’est pas allée « jusqu’au bout ».

>> A lire aussi : Condamné à 20 ans de prison, un verdict en demi-teinte pour le frère de Mohamed Merah

« Je suis vraiment déçu, mon fils est mort pour rien. Je pense qu’ils [les magistrats de la cour] n’ont pas été jusqu’au bout », a réagi à l’énoncé du verdict cette Franco-Marocaine de 57 ans, qui depuis l’assassinat de son fils parcourt la France à la rencontre des jeunes dans les cités, les écoles ou les prisons pour les convaincre de ne pas tomber dans une « secte terroriste ». « On est trop naïf en France. Il faut qu’on se réveille pour protéger notre pays, pour protéger nos enfants », a-t-elle lancé.

« Nos enfants, eux, ont pris perpétuité », estime Samuel Sandler

Samuel Sandler, le père et grand-père de trois des victimes de Mohamed Merah, est lui aussi en colère après le verdict prononcé contre Abdelkader Merah. « C’est mieux que rien mais nos enfants, eux, ont pris perpétuité. Bien sûr que je suis déçu », a déclaré à Samuel Sandler. « Il [Abdelkader Merah] aura tout oublié dans quinze ans. Nous, notre peine, notre malheur est éternel. »

>> A lire aussi : Le parquet général fait appel du verdict

« La justice s’est basée sur des règles de droit, sur des preuves matérielles intangibles qui faisaient en partie défaut au dossier. Mais il y avait une conviction, quand même, qu’il était le maître à penser de son frère », a-t-il ajouté sur LCI.

Pour Eva Sandler, « il aurait fallu rayer le mal »

« C’est assez décevant parce que, bien que je me sois préparée à toutes les éventualités, entendre ce verdict est quand même très très difficile », a de son déclaré sur BFMTV Eva Sandler, mère de Gabriel et Arié et épouse de Jonathan Sandler, tous trois assassinés par Mohamed Merah le 19 mars 2012.

« Il aurait fallu rayer le mal, faire la justice de manière à ce que nos enfants puissent jouer tranquillement dans les cours, dans les cités, jouer à la corde, au ballon, tout en se sentant libres et tranquilles et qu’une maman puisse envoyer ses enfants jouer tranquillement. Pour cela, il aurait peut-être fallu prendre les devants et faire tout ce qu’on peut pour justement établir une justice et pouvoir condamner les coupables », a-t-elle ajouté.

Le Crif craint que les « islamistes » voient dans le verdict « un signe de faiblesse »

Le Conseil représentatif des institutions juives de France (Crif) a également exprimé ce jeudi sa crainte que les « terroristes islamistes » voient dans le verdict au procès d’Abdelkader Merah « un signe de faiblesse ».

Si « la justice est passée », le président du Crif Francis Kalifat « regrette que la justice n’ait pas été au bout alors que les éléments du dossier le justifiaient », selon un communiqué. «Justice est presque rendue. Ce procès a permis de bien comprendre la façon dont la haine se fabrique en France et doit nous inciter à une vigilance de tous les instants », souligne le texte. » « Abdelkader Merah reste totalement coupable au regard de la douleur des familles et de l’horreur du crime commis par son frère, qu’il avait radicalisé et instrumentalisé en bras armé de son idéologie mortifère », ajoute-t-il.