VIDEO. Affaire Tariq Ramadan: La plaignante qui accuse l'islamologue entendue par la justice

ENQUETE «Je le confirme aujourd'hui, le fameux Zoubeyr, c'est bien Tariq Ramadan»... 

Manon Aublanc

— 

Illustration de l'écrivain Tariq Ramadan.
Illustration de l'écrivain Tariq Ramadan. — Michel Spingler/AP/SIPA

Les révélations d’abus sexuels s’enchaînent depuis l’affaire Harvey Weinstein. Henda Ayari, la plaignante qui accuse l’islamologue et théologien Tariq Ramadan de viol, a été entendue ce mardi par la justice, rapporte le Parisien.

>> A lire aussi : Harcèlement sexuel: Quel est le profil des hommes qui harcèlent?

Vendredi, Henda Ayari avait déposé une plainte pour à Rouen (Seine-Maritime) pour « des faits criminels de viol, agressions sexuelles, violences volontaires, harcèlement, intimidation ». Après l’ouverture d’une enquête préliminaire par le parquet de Paris, ce dernier aurait demandé à la police judiciaire de Rouen d’entendre cette femme de 40 ans, une militante féministe et laïque. Le Parisien affirme que l’audition de la plaignante est en cours.

«Je ne donnerai pas ici de détails précis sur les actes qu’il m’a fait subir»

Henda Ayari, 40 ans, ancienne salafiste devenue militante féministe,  avait déclaré vendredi sur sa page Facebook avoir été « victime de quelque chose de très grave il y a plusieurs années » mais n’avoir pas alors voulu révéler le nom de son agresseur en raison de « menaces de sa part ». Dans son livre J’ai choisi d’être libre, paru en 2016, Henda Ayari raconte avoir subi une agression sexuelle. Elle a décrit cet homme sous le nom de Zoubeyr, narrant un rendez-vous dans sa chambre d'hôtel à Paris où cet intellectuel musulman venait de donner une conférence : «Je le confirme aujourd'hui, le fameux Zoubeyr, c'est bien Tariq Ramadan», a-t-elle écrit sur son compte Facebook.

>> A lire aussi : Harcèlement sexuel: La ministre de la Santé victime «de comportements très déplacés»

« Par pudeur, je ne donnerai pas ici de détails précis sur les actes qu’il m’a fait subir. Il suffit de savoir qu’il a très largement profité de ma faiblesse », avait écrit Henda Ayari, expliquant qu'elle s'est « rebellée, qu’elle lui a crié d’arrêter, il l’a insultée, giflée et violentée ». Samedi, Tariq Ramadan avait opposé « un démenti formel à ces allégations » et annoncé qu’il porterait plainte pour dénonciation calomnieuse, avait expliqué son avocat, Me Yassine Bouzrou dans un communiqué.