Gard: Énervée par le bruit d'un marteau-piqueur, elle agresse un gendarme avec son chien

JUSTICE La Gardoise a été condamnée à huit mois de prison avec sursis…

N.B.

— 

Illustration d'un chien noir.
Illustration d'un chien noir. — SUPERSTOCK / SIPA

Une éleveuse de chien des Plantiers, un village du Gard de 230 habitants, a été condamnée à huit mois de prison avec sursis. Sur les nerfs, elle était accusée d’avoir sauté au cou d’un gendarme, tandis que l’un de ses molosses mordait le militaire.

Les faits se sont déroulés le 27 octobre 2016 : cette habitante, rapporte Objectif Gard, aurait été gênée par le bruit d’un marteau-piqueur, tandis que des employés municipaux étaient en plein chantier tout près de son domicile.

Le gendarme assure avoir « vu la mort »

Elle ordonne aux ouvriers de « foutre le camp », les menaçant de lâcher les chiens. Le maire est appelé à la rescousse, puis les gendarmes. Enervée de voir débouler ces derniers chez elle gyrophare allumé, la Gardoise aurait alors sauté au cou de l’un d’eux, avant que l’un de ses chiens de montagne ne se jette sur lui pour le mordre.

Atteint sur différentes parties du corps, reprend le site, le gendarme aurait bénéficié de dix jours d’interruption de travail. Elle, assure n’avoir pas pu rattraper son chien. Mais elle finira par s’excuser, se demandant tout de même comment on peut avoir peur « avec un revolver » à la ceinture. Le gendarme, lui, assure avoir « vu la mort » ce jour-là. Depuis, quand il croise un molosse comme celui qui l’a attaqué, il change de trottoir.

En plus de sa peine de prison avec sursis, la prévenue devra payer 250 euros d’amende et verser 2.500 euros au gendarme, au titre du préjudice moral.