La directrice d’une maison de retraite condamnée pour s’être offert une voiture avec l’argent d’une vieille dame

ABUS DE FAIBLESSE La gouvernante de l’établissement situé à Saint-Etienne, dans la Loire, a également été condamnée pour avoir abusé de la faiblesse d’une résidente aujourd’hui décédée…

E.F.

— 

La résidente avait fait un chèque de 30.000 euros encaissé par la gouvernante de la maison de retraite. Illustration
La résidente avait fait un chèque de 30.000 euros encaissé par la gouvernante de la maison de retraite. Illustration — JS EVRARD/SIPA

De la pure générosité ou un acte de faiblesse dont de malveillantes personnes ont profité ? Sur cette question, le tribunal correctionnel de Saint-Etienne (Loire) a tranché, en condamnant, ce jeudi, l’ancienne directrice et la gouvernante d’une maison de retraite à respectivement 18 mois et 8 mois de prison avec sursis, relate Le Progrès.

L’affaire en question remonte à 2010. Cette année-là, une résidente de la maison de retraite Korian avait fait un chèque de 30.000 euros encaissé par la gouvernante de l’établissement. A l’époque, le banquier s’était étonné en découvrant le montant du chèque mais avait fini par laisser passer, après avoir été informé qu’il s’agissait d’un don fait par la résidente à la maison de retraite.

>> A lire aussi : Testaments, donations... Comment éviter aux personnes âgées de se faire arnaquer

La gouvernante, héritière de la vieille dame

Difficile de s’assurer la pleine conscience de la vieille dame au moment des faits, cette dernière étant décédée depuis. Mais pour son héritière, il ne fait aucun doute que la directrice et la gouvernante de l’établissement pour personnes âgées ont abusé de la faiblesse de l’octogénaire. Les 30.000 euros ont en effet servi à acheter une voiture à l’ancienne directrice de Korian. Et avant son décès, la résidente a également modifié son testament au profit de la gouvernante.

Autant d’éléments troublants qui ont convaincu la justice de la culpabilité des deux accusés. Pour cet abus de faiblesse, la directrice a également écopé d’une amende de 10.000 euros, ajoute le quotidien régional.