Yvelines: Condamné à 30 ans de prison pour avoir torturé, violé et tué sa compagne

HOMICIDE L’avocate générale a dénoncé « l’acharnement » et la « lâcheté énorme » de l’accusé, condamné pour avoir frappé sa victime pendant des heures avant de la violer et de la tuer…

20 Minutes avec agences

— 

Illustration d'une cour d'assises.
Illustration d'une cour d'assises. — ALLILI MOURAD/SIPA

Mustapha B. a été condamné à 30 ans de prison, ce jeudi, par la cour d’assises des Yvelines.

Cet homme de 34 ans a été reconnu coupable d’avoir torturé, violé et tué sa compagne, en 2012, à Mantes-la-Jolie (Yvelines). Sa peine a été assortie d’une rétention de sûreté de 20 ans.

Frappée pendant des heures avec un câble et une ceinture

L’autopsie de la victime de Mustapha B. avait permis de déterminer que la jeune femme, âgée de 24 ans, était décédée à la suite d’un étranglement ou d’un étouffement.

Avant de mourir, elle avait subi pendant plusieurs heures les coups de son compagnon, qui l’avait notamment frappée avec un câble et une ceinture et l’avait également violée. Quatre enfants, âgés de 1 à 6 ans, se trouvaient dans l’appartement au moment où a eu lieu l’homicide.

L’accusé s’était rendu lui-même au commissariat de Versailles avec ses enfants et son frère pour s’accuser du meurtre, deux jours après les faits.

« Je ne voulais pas qu’elle meure »

La victime était « complètement sous l’emprise de ce jeune homme », a estimé maître Martine Peron, qui représentait les enfants du couple.

A la fin du procès, l'accusé a souhaité « demander pardon, sincèrement, à toute la famille ». Plus tôt, il avait expliqué avoir « perdu le contrôle », justifiant son comportement par des suspicions d’infidélité. « Je ne voulais pas qu’elle meure », a également affirmé l’accusé, qui a reconnu avoir frappé sa victime mais a nié le viol et le meurtre.

L’avocate générale avait quant à elle mis en avant « l’acharnement » et la « lâcheté énorme » dont a fait preuve l’accusé. La cour a suivi ses réquisitions avec cette peine de 30 ans de prison pour « tortures ou actes de barbarie par concubin, viol par concubin, meurtre concomitant à un autre crime ».