Superman envisage de renoncer à la nationalité américaine

Avec Reuters

— 

Superman est à bout. La raison de cette lassitude: «Je suis fatigué de voir mes actions interprétées comme des instruments de la politique américaine», déclare t-il dans la case n°900 du numéro d'Action Comics, publié mercredi.

Lors d’un discours prononcé devant les Nations Unies, le super héros fait ainsi part de son intention de renoncer à sa citoyenneté américaine. L’anecdote peut faire sourire, mais elle n’en a pas moins déclenché une vague de protestation chez les commentateurs conservateurs car l’homme d’acier s’était jusqu’ici présenté comme le défenseur de «la vérité, de la justice et du style américain.»

«si Superman ne croit pas en l'Amérique, alors il ne croit en rien»

Dans un billet publié sur son blog du WeekLy Standard, l'écrivain Jonathan Last s'interroge ainsi sur les croyances de Superman maintenant que ce dernier semble avoir tourné le dos aux Etats-Unis. «Croit-il en l'interventionnisme britannique ou à la neutralité suisse ?», écrit-t-il. «Vous voyez où je veux en venir : si Superman ne croit pas en l'Amérique, alors il ne croit en rien.»

Né en 1938, «The Man of Steel» a longtemps été associé aux Etats-Unis bien que Joe Shuster, qui a créé le personnage avec l'écrivain Jerry Siegel, soit né au Canada.

«Dans une petite histoire publiée dans Action Comic 900, Superman annonce son intention de s'ouvrir sur le monde dans la bataille sans fin qu'il mène, mais il reste, comme toujours, lié à sa maison d'adoption et à ses racines de jeune fermier de Smallville dans le Kansas», ont tenté de rassurer les éditeurs de DC Comics, Jim Lee et Dan DiDio, dans un communiqué.