Islande: Le musée du pénis reçoit son spécimen humain

P.B.

— 

Il manquait une pièce maîtresse au musée phallologique islandais. On y trouvait des spécimens de cachalot, de taureau ou encore de hamster. Désormais, les visiteurs pourront y admirer un phallus humain, grâce à la contribution de Pall Arason, un Islandais décédé en janvier dernier, à l'âge de 95 ans.

«Je l'ai attendu pendant plus de 15 ans», confie le conservateur du musée. Selon Sigurdur Hjartarson, le généreux contributeur «était un provocateur, qui aimait être sous le feux des projecteurs». Et dans du formol.