20 Minutes : Actualités et infos en direct
cercle parfaitC’était quoi cet étonnant « halo lunaire » dans le ciel ce week-end ?

C’était quoi cet étonnant « halo lunaire » dans le ciel ce week-end ?

cercle parfaitDe la région parisienne à l’Occitanie, un magnifique « halo lunaire » a nimbé le week-end. Ce phénomène météo a une explication simple mais il est rare que toutes les conditions soient réunies
Le halo lunaire dans le ciel de la campagne toulousaine du 25 au 26 novembre 2023.
Le halo lunaire dans le ciel de la campagne toulousaine du 25 au 26 novembre 2023. - H. Ménal / 20 Minutes
Hélène Ménal

H.M.

La preuve qu’il y a bien un trou dans la couche d’ozone ? Qu’une géométrie divine est bien à l’œuvre dans l’univers ? Ou pour les poètes du dimanche (sic) le « trou de balle de Dieu ». En Normandie, dans l’Oise, dans la vallée de la Loire ou à Toulouse, vous avez été nombreux ce week-end à vous extasier sur ce spectaculaire cercle parfait enveloppant la pleine lune.

Cette apparition d’un « halo lunaire » est en fait assez simple à expliquer. « C’est un phénomène d’optique qui est dû à des particules, essentiellement des cristaux de glace, en suspension dans l’air, indique Olivier Sanguy, responsable des actualités spatiales à la Cité de l’Espace. C’est une réfraction de la lumière qui arrive dans l’atmosphère, en l’occurrence celle qui arrive de la Lune. Elle est déviée par ces particules ». Avec, par chance cette fois, un halo complet quand il arrive plus souvent qu’il n’y ait qu’un simple arc de cercle.

L’explication physique est la même pour les halos solaires diurnes qui se montrent par temps brumeux, ou pour les arcs-en-ciel.

Concernant ce week-end, il s’agissait d’un « petit halo, de 22 degrés », soit la mesure de l’angle entre le fameux cercle et la ligne qui relie le spectateur à l’astre de la nuit. « Il existe aussi des grands halos de 46 degrés », souligne Olivier Sanguy.

Une apparition imprévisible

Simple à expliquer, le halo lunaire n’en est pas pour autant visible fréquemment. « Toutes les conditions atmosphériques doivent être réunies », dit celui qui est aussi astronome amateur. Il faut que la nuit soit assez claire pour bien voir la Lune, mais qu’elle soit aussi un brin voilée, avec « à cinq ou dix kilomètres d’altitude » des cirrus, ces nuages d’altitude filamenteux pourvoyeurs officiels de cristaux de glace.

Le halo lunaire, contrairement à une éclipse, est « imprévisible », ce qui rajoute à la poésie du moment.

Sujets liés