Le maire d'un arrondissement de Tokyo prend un congé de paternité pour «donner l'exemple»

INSOLITE Au Japon, seuls 1,2% des hommes en profitent par peur de perdre leur emploi...

C.C. avec agence

— 

Une femme médecin, exerçant dans un prestigieux hôpital pour enfants de Stockholm, soupçonnée d'avoir euthanasié un nourrisson, a été placée en détention provisoire vendredi, un fait rarissime dans le pays qui a suscité l'inquiétude au sein de la profession.
Une femme médecin, exerçant dans un prestigieux hôpital pour enfants de Stockholm, soupçonnée d'avoir euthanasié un nourrisson, a été placée en détention provisoire vendredi, un fait rarissime dans le pays qui a suscité l'inquiétude au sein de la profession. — Didier Pallages AFP/Archives

Le maire d'un arrondissement de Tokyo a annoncé qu'il allait prendre un congé de paternité pour «donner l'exemple», dans un Japon où il est souvent difficile de s'absenter du travail.

Un congé de deux semaines

Hironobu Narisawa, 44 ans, maire de l'arrondissement Bunkyo à Tokyo, a fait savoir qu'il prendrait congé pendant deux semaines à compter du 3 avril: «Je suis ravi d'annoncer la naissance de mon premier fils. J'aimerais profiter de ma paternité».

Selon la loi japonaise, un père comme une mère peut prendre jusqu'à un an de congé parental, indemnisé à 50% du salaire, mais seuls 1,2% des hommes en profitent. A titre de comparaison, le congé de paternité est en France de onze jours consécutifs, auxquels viennent s’ajouter les trois jours accordés pour la naissance.

Un encouragement pour les hommes japonais

«Je voulais faire l'expérience des joies et des peines de l'éducation des enfants. Mais cela ne me concerne pas uniquement, je veux que mon choix soit un exemple qui encouragera les hommes à faire de même», a déclaré le maire lors d'une conférence de presse jeudi. Il espère que son geste «contribuera à promouvoir un environnement de travail où les hommes peuvent prendre un congé parental sans craindre de représailles».

Hironobu Narisawa va ainsi suivre les traces de responsables politiques européens ayant fait le même choix, comme l'ex-Premier ministre britannique Tony Blair en 2000.

La population du Japon pourrait chuter d'ici 2050

Une décision saluée par le gouvernement de centre-gauche qui veut faire remonter le taux de fécondité, bloqué à 1,37 enfant par femme en 2008. La population du Japon pourrait chuter de 127 à 95 millions d'habitants d'ici 2050 si rien n'était fait.

Entre autres mesures, le pouvoir a promis d'instaurer une allocation familiale de 13.000 yens par mois et par enfant (105 euros) à partir du 1er avril et de doubler ce montant dès 2011. Une étude menée en 2009 a montré que 40% des Japonais ne ressentaient pas le besoin d'avoir des enfants après s'être marié.