Finlande : Des femmes dansent et chantent dans des vidéos pour soutenir la Première ministre

SOLIDARITÉ La Première ministre finlandaise, Sanna Marin, est critiquée pour des vidéos tournées lors de soirées et accusée d’avoir pris des stupéfiants

20 Minutes avec agences
La Première ministre finlandaise, Sanna Marin, avait été critiquée pour des vidéos tournées lors de soirées.
La Première ministre finlandaise, Sanna Marin, avait été critiquée pour des vidéos tournées lors de soirées. — Kay Nietfeld/AP/SIPA

La Première ministre finlandaise, Sanna Marin, 37 ans, peut compter sur de nombreux soutiens après la polémique suscitée par la diffusion, mercredi 17 août, de vidéos où elle apparaît en soirée. Sur celles-ci, la cheffe du gouvernement danse, chante et bois de l’alcool, lors d’évènements privés non datés. Dès le samedi 20 août, de nombreuses femmes à travers le pays lui ont montré leur solidarité, rapporte le Huffington Post.

Des vidéos accompagnées du hashtag « Solidarity with Sanna » ont été publiées, notamment en Finlande et au Danemark. Sur les images, des femmes se filment dans les mêmes conditions que la Première ministre.

Un test antidrogue

Une compilation de ces images a été publiée par le magazine féminin danois Alt for Damerne. Le mouvement a fait parler de lui et a pris de l’ampleur sur Internet. « J’espère qu’en 2022, il serait acceptable pour les représentants du gouvernement de danser, de chanter et d’aller à des fêtes », a réagi de son côté la principale concernée.

La Première ministre, également accusée d’avoir pris de la drogue lors de ces soirées, a notamment accepté de se soumettre à un test antidrogue et a assuré que les résultats seraient ensuite rendus publics.

Des attaques récurrentes

Il ne s’agit pas des premières critiques qui visent Sanna Marin. Arrivée au pouvoir en 2019, elle avait été épinglée cette même année pour l’organisation de soirées dans sa résidence officielle ou pour des passages en boîte de nuit, alors qu’elle sortait d’un Conseil des ministres dont un participant était atteint du Covid-19.

Elle avait, de plus, été critiquée pour avoir posé dans un magazine de mode vêtue d’un décolleté. Là encore, des femmes avaient posé dans une tenue similaire pour lui exprimer leur soutien.