Russie : « Les Sims 3 » présenté comme preuve d'un complot ukrainien visant à tuer un journaliste proche de Poutine

BEVUE Parmi les pièces à conviction mise en avant par le FSB figurent notamment des armes, des objets nazis et… trois pochettes du jeu vidéo « Les Sims »

20 Minutes avec agence
— 
Le président russe Vladimir Poutine à Moscou, le 26 avril 2022.
Le président russe Vladimir Poutine à Moscou, le 26 avril 2022. — Kommersant/SIPA

Les services de renseignement russe (FSB) ont annoncé ce lundi avoir arrêté plusieurs « membres d’un groupe néonazi » ayant pour projet d’assassiner Vladimir Soloviev, célèbre journaliste proche de Vladimir Poutine. Mais les preuves qu’ils ont apporté pour ce complot déjoué en ont fait rire plus d’un, rapporte le JDD.

Dans sa communication, le Kremlin a assuré que l’assassinat était commandité par les services de sécurité ukrainiens (SBU). Pour prouver ses dires, le FSB a publié des photos de pièces à conviction : objets avec des croix gammées, armes, drogue, faux passeports… et trois exemplaires du jeu vidéo Les Sims 3.



Petite erreur dans la mise en scène ?

Certains experts en ont déduit que ces photos n’étaient qu’une grossière mise en scène du Kremlin, tout comme le complot, pour décrédibiliser l’Ukraine. Selon Eliot Higgins, fondateur du média d’enquête Bellingcat, un membre du FSB aurait été missionné pour apporter « trois cartes SIM » et aurait confondu l’objet de sa mission avec le célèbre jeu vidéo.

De son côté, Vladimir Poutine a dénoncé un « acte de terreur » en évoquant ce projet d'« attentat contre un journaliste vedette ». Le président russe a répété que cet assassinat était planifié par l’Ukraine avec l’appui de « responsables des services secrets occidentaux, avant tout de la CIA ». L’Ukraine a réfuté ces accusations.