Morbihan : Une plaque de Vache qui rit vendue plus de 6.000 euros

ENCHERES La fermeture du musée des arts, métiers et commerce de Saint-Gildas-de-Rhuys (Morbihan) a débouché sur une grande vente aux enchères de vieux objets de collection

C.A.
— 
Une plaque émaillée de la Vache qui rit réalisée par l'illustrateur Benjamin Rabier a été vendue plus de 6.000 euros lors d'une vente aux enchères dans le Morbihan.
Une plaque émaillée de la Vache qui rit réalisée par l'illustrateur Benjamin Rabier a été vendue plus de 6.000 euros lors d'une vente aux enchères dans le Morbihan. — Frank Perry/AFP

C’est un musée qui sentait bon la France du XXe siècle. Depuis son ouverture en 1993, le musée des arts, métiers et commerce de Saint-Gildas-de-Rhuys (Morbihan) affichait fièrement ses collections d’objets d’antan. Des jouets anciens, des reconstitutions de salles d’école ou de vieilles boutiques, des dentelles… Mais aussi un nombre incalculable d’objets publicitaires datant notamment de la foisonnante période des Trente Glorieuses. Parmi eux, une petite plaque de La Vache qui rit s’est fait remarquer lors d’une grande vente aux enchères organisée ce week-end après la fermeture contrainte du musée.

Après presque vingt années d’activité, les propriétaires de l’établissement ont dû se résoudre à fermer ses portes à l’automne pour prendre leur retraite. A leur grand dam, ils n’ont pas trouvé de repreneur et ont dû se séparer de près de 5.000 objets vendus aux enchères pendant quatre jours dans les murs du musée fermé. Collectionneurs depuis plus de quarante ans, Mariannick et Michel Craneguy ont vu leurs précieuses trouvailles être cédées sous le coup du marteau du commissaire-priseur. Et ils ont parfois dû être surpris.

D’après Ouest-France, une plaque de la marque La Vache qui rit a été vendue à 6.600 euros samedi. Réalisée par l’illustrateur Benjamin Rabier, la plaque émaillée de 28 centimètres de diamètre faisant la promotion du célèbre fromage de la marque Bel était estimée entre 400 et 600 euros selon le catalogue de la maison Adjug’art qui réalisait la vente.

D’après Ouest-France, d’autres plaques publicitaires émaillées ont atteint des montants à quatre chiffres, notamment l’une présentant les Biscuits St-Michel, vendue pour 2.500 euros.