Lille : Une jeune femme de 23 ans se voit proposer une place en maison de retraite

OUPSI L’association Afeji Hauts-de-France a visé très large pour la campagne de recrutement des futurs pensionnaires de l’une de ses maisons de retraite médicalisées

Mikaël Libert
— 
Un Ehpad à Lille (illustration).
Un Ehpad à Lille (illustration). — M.Libert / 20 Minutes
  • L’Afeji est une association qui gère, entre autres, des maisons de retraite.
  • Une campagne de communication a été lancée par courrier pour recruter les futurs pensionnaires d’une structure située à Lille.
  • Certains destinataires de ces prospectus sont néanmoins beaucoup trop jeunes pour entrer en Ehpad.

Le sens de l’anticipation. L’Afeji Hauts-de-France est une association qui accompagne les personnes vulnérables, « de la petite enfance au grand âge ». C’est dans ce cadre qu’elle gère plusieurs établissements d’hébergement pour personnes âgées dépendantes (Ehpad) aussi appelées  maisons de retraite médicalisées. Afin de trouver des pensionnaires, l’association lance régulièrement des « campagnes de recrutement » comme c’est le cas actuellement pour la résidence Edilys, située  au cœur de Lille. Mais cette fois, il y a eu un couac dans l’envoi des prospectus, reçus par des destinataires bien trop jeunes.

On ne va pas se mentir, la perspective de devoir intégrer un Ehpad n’est pas réjouissante même s’il est, comme celui vanté dans le tract de l’Afeji, « un lieu de vie à taille humaine ouvert sur son environnement ». Certes, les avantages de la résidence Edilys, « au cœur de Lille, proche des commerces », pourraient finir de convaincre son public cible, les « personnes de plus de 60 ans en perte d’autonomie ». Mais pas la lectrice de 20 Minutes qui nous a fait parvenir la brochure qu’elle venait de recevoir : « Dans la boîte aux lettres, il y avait deux enveloppes identiques dont une à mon nom et une à celui de ma mère », nous explique la jeune femme de 23 ans.

« Ils sont à côté de la plaque »

En plus de la brochure de présentation, un courrier sans équivoque : « Emménager au sein d’une maison de retraite est un projet qui se prépare. Nous aurions plaisir à vous accueillir sur rendez-vous pour l’envisager ensemble ». A la lecture de ces mots, notre lectrice était plus intriguée qu’autre chose : « Je ne sais pas sur quels fichiers ils se sont basés pour envoyer leurs courriers mais ils sont à côté de la plaque. Heureusement que j’ai ouvert la lettre avant ma mère, j’ai pu la prévenir pour lui éviter le choc », s’amuse-t-elle.

Contactée par 20 Minutes, la directrice de l’établissement n’a pas encore donné suite. On ignore donc toujours comment un tel bug a pu arriver et combien de jeunes hommes et femmes ont reçu ce courrier.