Nigeria : Un jeune homme se vend lui-même aux enchères, la police des mœurs l’arrête

PAUVRETÉ Le prix de départ proposé par le jeune homme était d’environ 42.000 euros

20 Minutes avec agences
— 
Vente aux enchères (illustration)
Vente aux enchères (illustration) — DON EMMERT / AFP

La police islamique du Nigeria a arrêté un homme qui voulait se vendre aux enchères pour échapper à la pauvreté. Aliyu Idris, un tailleur de 26 ans, a été arrêté ce mardi par la police des mœurs à Kano, au nord du pays.

Des photos le montrant avec une affichette indiquant qu’il était à vendre aux enchères au prix de départ de 20 millions de nairas (environ 42.000 euros) avaient été diffusées sur les réseaux sociaux. Kano figure parmi la dizaine d’Etats nigérians à majorité musulmane où la charia est appliquée au côté de la loi nigériane.



Un « serviteur loyal » pour le potentiel acheteur

« Nous l’avons arrêté pour s’être mis en vente, ce qui est illégal en vertu de la loi islamique », a déclaré un porte-parole de la Hisbah, la police religieuse. « Il est en garde à vue », a ajouté le représentant, expliquant cet « acte abject » par la pauvreté et l’ignorance du jeune homme. Aliyu Idris s’était promené mi-octobre en ville avec son affichette autour du cou.

Il avait expliqué à des journalistes qu’il se vendait pour échapper à « son insupportable pauvreté » et qu’il voulait donner la moitié de l’argent à ses parents ainsi que deux millions de nairas à la personne qui organiserait l’enchère. Il avait aussi promis d’être « un serviteur loyal » à celui qui l’achèterait. Aucune poursuite n’a été engagée contre lui, selon la police islamique.

Le Nigeria, premier producteur de pétrole en Afrique, a été durement touché par la pandémie de Covid-19. Confronté à sa deuxième récession en cinq ans, le pays a commencé à reprendre quelques couleurs ces derniers mois. Mais l’inflation, surtout celle des denrées alimentaires, reste très élevée, accentuant encore la pauvreté de nombreux habitants.