Chine : Un concours du bâtiment le plus laid lancé dans tout le pays

ARCHITECTURE Près de 90 bâtiments chinois concourent actuellement pour le titre de bâtiment le plus moche de l’année 2021

20 Minutes avec agence
— 
Cette église en forme de violon, située près de la ville de Foshan (Chine), fait partie de la sélection pour le concours 2021 du bâtiment le plus moche du pays.
Cette église en forme de violon, située près de la ville de Foshan (Chine), fait partie de la sélection pour le concours 2021 du bâtiment le plus moche du pays. — Archcy.com

La douzième édition du concours du bâtiment le plus moche est en cours en Chine. Pour cette édition 2021, près de 90 bâtisses diverses sont en lice sur le site Archcy, rapporte CNN.

Au 22 septembre, près de 30.000 internautes avaient déjà participé au vote qui permettra en partie de départager les « candidats ». Après la fermeture du vote en décembre prochain, les 90 constructions seront également jugées par un panel d’experts composé d’architectes, d’universitaires et de critiques.

Dix bâtiments « récompensés » en fin d’année

Neuf critères seront pris en compte, parmi lesquels le « manque d’harmonie » avec l’environnement des alentours et les soupçons de plagiat. Après avoir calculé la moyenne des différents votes, dix bâtiments seront finalement sacrés à la fin de l’année.

À l’heure actuelle, la tête du classement est occupée par une porte à cinq arches située à l’université du Zhejiang, à Hangzhou, précise Slate. Elle est suivie, à la seconde place, par un pont en verre dans le Sichuan soutenu par deux statues d’homme et de femme en costume traditionnel. D’autres structures étonnantes, comme un hôtel en forme de poupée russe, sont en compétition.

Les bâtiments moches : un fléau national ?

Ce concours s’inscrit dans la droite lignée des directives prises depuis quelques années par le gouvernement chinois pour endiguer la vague de gratte-ciel aux choix architecturaux discutables. Les bâtiments de plus de 500 m de haut sont par exemple interdits à la construction depuis une circulaire de 2020.

Ce document a été édité cette année pour rajouter d’autres critères d’interdiction comme la « laideur », promouvant à l’inverse les constructions « convenables, économiques, vertes et belles ». Un architecte en chef pourrait également être prochainement nommé dans chaque ville chinoise, ajoute Slate.