Inde : Plus de 2.000 personnes victimes d’une arnaque au faux vaccin contre le Covid-19

IMMENSE FRAUDE Lors d'au moins 12 opérations de fausse vaccination payante, 2.500 habitants de Bombay et ses environs ont reçu des injections d'eau salée 

20 Minutes avec agence
— 
La campagne de vaccination contre le Covid-19 en Inde, ici à Bombay.
La campagne de vaccination contre le Covid-19 en Inde, ici à Bombay. — Rajanish Kakade

Quatorze personnes, dont des médecins et autres soignants, ont été arrêtées en Inde après la découverte d’une vaste arnaque au faux vaccin contre le Covid-19. Environ 2.500 victimes croyant se faire immuniser contre le virus ont en fait reçu des injections d’eau salée.

Au moins 12 fausses opérations de vaccination ont été organisées à Bombay et dans le reste de l’Etat du Maharashtra, rapporte CNN. Les inoculations frauduleuses ont eu lieu entre mai et juin 2021. Elles étaient facturées comme des injections du véritable vaccin. Les escrocs auraient ainsi tiré 28.000 dollars (23.000 euros) de leurs malversations.

Un « plan d’action » nécessaire pour éviter ce genre d’arnaque

L’enquête a été lancée après que des patients ont émis des doutes sur l’authenticité de leur certificat de vaccination contre le coronavirus. Le jour de leur vaccin, certaines personnes se sont aussi étonné que le paiement en liquide soit obligatoire. Un avocat de Bombay a déposé une plainte d’intérêt public le 24 juin dernier. Le procureur en charge du dossier a déjà identifié plus de 2.000 victimes de l’arnaque.

Dans un document officiel, les autorités judiciaires locales ont regretté la recrudescence d’un phénomène « vraiment choquant » et demandé à la municipalité de Bombay et à la collectivité territoriale de faire en sorte que « des individus innocents ne soient plus dupés dans le futur » et de mettre en place un « plan d’action » en ce sens. L’enquête est toujours en cours et des interpellations supplémentaires pourraient avoir lieu.

Les personnes déjà arrêtées sont notamment accusées de « tromperie », « conspiration criminelle » et « tentative d’homicide volontaire ». Les suspects « utilisaient un hôpital qui leur fournissait les faux certificats, les fioles et les seringues », a précisé un responsable de la police de Bombay.