Nouvelle-Zélande : Un dispositif verrouillant la bouche pour lutter contre l’obésité fait scandale

TORTURE ET GROSSOPHOBIE Le dispositif ne permet aux patients qu’une ouverture de la bouche de 2 millimètres

20 Minutes avec agences
— 
Un ado sur une balance. (illustration)
Un ado sur une balance. (illustration) — FRANCOIS GUILLOT / AFP

Une invention pour le moins polémique. Des chercheurs néo-zélandais ont mis au point un dispositif de verrouillage de la bouche, baptisé DentalSlim Diet Control, censé permettre aux personnes obèses de perdre du poids rapidement.

Présenté comme une « première mondiale », l’instrument fonctionne avec des aimants qui empêchent presque complètement le porteur d’ouvrir la bouche. Le dispositif, non encore commercialisé, est appliqué par un dentiste sur les molaires. Une fois posé, il ne permet aux mâchoires de n’ouvrir que de deux millimètres.

Combattre l’obésité ?

Selon Paul Brunton, chercheur en santé à l’Université d’Otago (Nouvelle-Zélande), le patient ne peut plus consommer que des aliments liquides mais sa capacité à respirer ou parler n’est pas affectée. « C’est une solution alternative non invasive, réversible, économique et attractive aux procédures chirurgicales », explique-t-il. « Ce dispositif n’a aucune conséquence néfaste. »

Selon son équipe, cette invention va « contribuer à combattre l’épidémie mondiale d’obésité ». Dans un article publié dans le British Dental Journal en juin, les chercheurs expliquent que sept femmes ayant testé le dispositif pendant deux semaines ont perdu 6,36 kg en moyenne. Les patients ont d’abord trouvé l’appareil inconfortable avant de le juger en fait « tolérable ».

Un véritable instrument de torture

L’invention, qui rappelle les procédures de ligature des mâchoires qui se pratiquaient dans les années 1980, est dotée d’une sécurité permettant de libérer la bouche en urgence en cas de vomissement ou de crise de panique. Aucun des cobayes n’a utilisé cette sécurité pendant les tests, selon les chercheurs.

Le dispositif a été qualifié de simple instrument de torture par de nombreux internautes. L’invention a provoqué un déluge de critiques pour son caractère « repoussant et déshumanisant », pur produit de la grossophobie latente dans le monde de la médecine.