Royaume-Uni : Un urinoir pour femmes inventé pour réduire les files d’attente aux toilettes

INNOVATION Les deux inventrices ont été marquées par les interminables files devant les toilettes pour femmes lors de festivals de musique

20 Minutes avec agence

— 

Des urinoirs (illustration).
Des urinoirs (illustration). — JetCarson / Pixabay

Les Britanniques Amber Probyn et Hazel McShane ont mis au point des toilettes pour femmes prenant la forme d’urinoirs semi-privatifs. Elles ont baptisé leur création « Peequal », croisement des mots anglais « urine » et « égal », rapporte The Guardian.

Le projet est né lorsque les deux inventrices ont constaté les difficultés supplémentaires rencontrées par les femmes pour aller aux toilettes lors des grands rassemblements. Elles ont passé plusieurs étés à travailler dans des festivals de musique et ont été témoins des longues files d’attente devant les WC. Le temps d’attente d’une femme est en moyenne 34 fois supérieur à celui d’un homme, selon une étude.

Une pause pipi six fois plus rapide

Le phénomène s’explique en partie par un nombre de toilettes pour hommes dix fois plus élevé. A surface égale, il est en effet possible de proposer plus d’urinoirs que de cabines individuelles équipées d’une cuvette. Le temps d’utilisation de ces dernières est aussi plus important. Fortes de ces constats, les deux Britanniques ont imaginé un système d’urinoirs adapté aux femmes, disposés en cercle pour occuper le moins de place possible.

Un prototype de leur création a été installé au festival Comedy Garden de Bristol. Selon les inventrices, Peequal permet un passage aux toilettes six fois plus rapide qu’avant. Le dispositif cache la partie inférieure du corps. Il limite les risques d’éclaboussures intempestives et les manipulations avec les mains.

Les deux Britanniques y ont aussi ajouté un emplacement pour poser ses vêtements. La maîtrise du dispositif demande un peu d’entraînement mais le jeu en vaut la chandelle « quand on a bu plusieurs verres et qu’on se retrouve à faire la queue pendant quinze minutes », a estimé Amber Probyn.